Voici notre parcours sur une carte et les détails des missions que nous allons entreprendre…

cheval-contour

Mongolie
Cheval de Przewalski

Mi-octobre à mi-novembre 2016

Projet confirmé l’association Cybelle Planète

Dans les années 1990, un vaste projet a été mis en place pour sauver et réintroduire la dernière espèce de chevaux sauvages, le cheval de Przewalski. En 1992 les premiers chevaux ont été relâchés en Mongolie, la terre de leurs ancêtres. Ce sont ces individus et leur descendance qu’il nous sera donné d’étudier dans le parc national de Hustaï. Ce suivi comportemental permet entre autre de mesurer le succès de la réintroduction et d’évaluer la santé de l’écosystème du parc. Nous serons hébergés dans un village de yourtes qui regroupe les logements des bénévoles mais aussi des employés du parc et de leur famille.

 

gibbon hoolock-contourl

Thaïlande
Gibbon

Mi-novembre à mi-décembre 2016

Projet confirmé

L’association WFFT (Wildlife Friends Foundation Thaïland) a été créée en 2001 par le néerlandais Edwin Wiek. Aujourd’hui elle œuvre sur de nombreux fronts pour la protection de la nature en Thaïlande. Elle gère maintenant un sanctuaire pour éléphants, un hôpital vétérinaire, un projet de réintroduction du gibbon, un centre de faune sauvage
C’est dans ce dernier centre que nous nous rendrons pour nous occuper des animaux qui s’y trouvent. Là-bas les animaux sont en long séjour ou en convalescence, attendant d’être relâchés. Sont recueillis des ours, des civettes, des oiseaux,… mais également beaucoup de gibbons. Ces primates sont malheureusement gravement menacés. Ils subissent la perte de leur habitat et sont capturés en masse pour servir d’animaux de compagnie ou attirer les touristes. Nous œuvrerons donc à offrir une vie meilleure à ces rescapés.

 

paresseux-contour

Costa Rica
Paresseux

Mi-décembre 2016 à mi-janvier 2017

Projet confirmé

Le Costa Rica est un pays qui cherche à s’impliquer un maximum pour la protection de sa biodiversité. Le gouvernement a en effet pris conscience que l’écologie peut prendre un sens extrêmement large. Favoriser la protection de la Nature, c’est aussi…
–   sensibiliser les populations et améliorer l’enseignement
créer des emplois dans l’écologie pour que les habitants deviennent ambassadeurs d’une Nature qu’ils respectent et d’un monde sauvage qui les fait vivre.
promouvoir l’écotourisme. En proposant aux voyageurs une façon plus respectueuse de voyager.
Il y a malgré tout beaucoup à faire pour la faune, c’est pour cela que nous nous rendrons dans un centre de faune sauvage afin de participer à l’entretien et au sauvetage des animaux. Au Costa Rica, les animaux les plus touchés par les activités humaines sont les paresseux. Victimes des voitures ou des chiens errants, ils sont nombreux au refuge. Se remettant de leurs blessures, apprenant à devenir adulte, ou attendant d’être assez forts pour être relâchés, ils demandent souvent beaucoup de soins de la part des bénévoles

 

 

ocelot-contour

Bolivie
Félins

Fin janvier et février 2017

Projet effectué puis abandonné suite à des différents éthiques et scientifiques.

L’organisation Inti Wara Yassi en Bolivie s’est donné pour mission de protéger les animaux sauvages victimes du braconnage, du commerce illégal ou de la maltraitance.
C’est ainsi qu’elle a fondé trois centres de faune sauvage à travers le pays afin de recueillir les animaux, oiseaux, coatis, tapirs mais aussi et surtout félins et singes. Pour certains, le séjour est de courte durée. Récemment arrachés à leur milieu naturel, ils sont capables de retourner à la vie sauvage. Pour d’autres ayant perdu leurs instincts naturels, le centre devient un lieu de vie.
Le travail au sein des refuges ne manque pas, entretien des cages et des locaux, préparations des repas mais aussi enrichissements. En effet, il est important que chaque animal ait l’opportunité de se comporter comme il le ferait à l’état sauvage en s’occupant, en découvrant de nouvelles choses et même en jouant…
C’est à toutes ces missions que les bénévoles doivent participer afin d’améliorer la vie de tous les rescapés. Nous affronterons la saison des pluies pour venir en aide aux locaux employés dans le centre.

 

loutre-contour

Brésil
Loutre

Avril 2017

Projet confirmé par l’association Cybelle Planète

La presque-île de Santa-Catarina est l’un des lieux de vie des loutres à longue queue. Très discrètes, elles sont malgré tout parfois victimes des activités humaines. C’est pourquoi une association pour les loutres s’y est installée. Ces activités sont doubles.
Il s’agit de recueillir les loutres blessées, malades ou orphelines dans le centre de faune sauvage sur place. Au sein du centre, l’association les aide à retrouver leur santé et leurs instincts sauvages et, quand c’est possible, elle les rend à la vie sauvage.
La seconde mission de l’association est l’étude des loutres. Des études comportementales sont faites auprès des loutres du centre, et des sorties dans la Nature sont effectuées afin de mieux connaître les populations et leurs habitudes.
Afin de favoriser la protection de ce mammifère aquatique, l’association est aussi impliquée dans plusieurs projets sociaux éducatifs liés à l’environnement pour les enfants et les enseignants de l’île et du continent.
Les volontaires sont invités à participer à toutes ces missions selon leurs capacités, leurs envies et les besoins de l’association. Entretien du centre, création d’enrichissements, sorties à pied ou en kayak sur les traces des loutres, intervention auprès des populations, il y a de quoi se rendre utile !

 

tortue-contour2

Comores
Tortue et lémurien

Mai 2017

Mission annulée, nous avons à la place travaillé pour les tortues avec une autre association locale des Comores : ADSEI.

L’association Moidjio CRCAD a mis en place un centre de recherche et de conservation. Elle travaille avec la population et les partenaires locaux pour protéger les espaces naturels des Comores dans une démarche de développement durable.
A partir du printemps, les tortues marines viennent pondre sur les plages des Comores. Durant cette période, l’association s’investit tout particulièrement dans leur préservation. Ainsi, les écovolontaires sont sollicités pour surveiller leurs pontes et parfois sauver des individus.
Les bénévoles sont logés sur la plage dans un camp temporaire, sans eau courante ni électricité. Dans ce lieu reculé, le contexte est idéal pour l’étude des lémuriens. L’organisme s’est donné pour mission de les étudier. Evaluer leur population, identifier les individus, connaître leurs habitudes alimentaires sont autant d’informations essentielles pour mieux protéger les primates. Les écovolontaires sont donc également amenés à étudier ces animaux arboricoles.


manchot

Afrique du Sud
Manchot

Mi-juin à juillet 2017

Projet confirmé

Et oui ! Il n’y a pas de manchot que sur la banquise ! En Afrique du Sud vivent les Manchots du Cap.
Malheureusement, comme beaucoup d’oiseaux marins, ils sont victimes de la pollution des océans et de la raréfaction de leur nourriture, le poisson. Les manchots et d’autres oiseaux sont recueillis au centre de faune sauvage SANCCOB. Ils arrivent anémiés, blessés, empoisonnés, ou victimes des plaques de pétrole. Les bénévoles et employés du centre sont là pour les remettre sur pattes. Une fois leur santé retrouvée, il est souvent possible de relâcher ces animaux.
Une mission qui réclamera de bons gants de protection, car aussi mignons soient-ils, les manchots, ça pince fort même les doigts de leurs sauveurs !

 

bondrée contour

Géorgie
Rapaces

Mi-Août à mi septembre 2017

Projet confirmé 

A l’automne, environ un million de rapaces de plus de 30 espèces différentes survolent la Géorgie lors de leur migration. Afin d’étudier ce grand déplacement, une association recense ces oiseaux tous les ans depuis plus de 10 ans. Les bénévoles sont les bienvenus pour aider au comptage car ce sont parfois des dizaines de milliers d’oiseaux qui passent au dessus de leur tête en une seule journée !
En parallèle, il s’agit aussi d’évaluer l’ampleur de la chasse illégale qui met à mal ces populations afin de mieux la combattre…

 

Nous avons contacté toutes les associations concernées et discutons encore avec certaines pour fixer les termes de notre venue.
Il n’est pas exclu que certaines destinations et/ou leurs dates évoluent (imprévus météorologiques, politiques….).

 

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest