banniere-bilan-costa-rica-animal-rescue-center

Bilan de notre mission au Costa Rica Animal Rescue Center

Après 3 mois de travail il est temps de faire un bilan de notre expérience !

Nous avons donc passé un mois à travailler comme bénévoles et 2 autres mois comme membres du staff. De plus nous avons aussi fait partie des 7 volontaires en charge du centre pendant 2 semaines lorsque qu’une grande partie du staff (les propriétaires, la coordinatrice des bénévoles, le biologiste chef animalier et le vétérinaire) était en vacances de Noël.

Nous avons donc eu le temps d’avoir une vision très globale et approfondie.

Les points positifs:

les volontaires ont une place très importante dans le centre. Les propriétaires et la coordinatrice sont toujours à l’écoute de leurs idées et peuvent leur donner rapidement des responsabilités (faire partie de la medical team, construire un enclos, s’occuper de nourrir à la main un animal malade ou handicapé…). Le centre encourage aussi la prise d’initiative pour améliorer le lieu et le confort des animaux et des humains.

les animaux potentiellement dangereux pour les bénévoles, c’est à dire les singes araignées et les singes capucins, sont gérés par le soigneur animalier du centre (ou le vétérinaire et le biologiste si le soigneur est en repos). Ces membres du staff ont appris à connaître les singes et se sont fait accepter par eux. Quand ils s’en occupent, ils ne perturbent donc pas l’équilibre hiérarchique du groupe…

Sarita, la coordinatrice des volontaires, est excellente dans son métier. Elle est drôle et adorable, à l’écoute, sait motiver les équipes au travail,… malgré l’énorme turn over de volontaires, elle retient le nom de chacun d’entre eux. Elle a également un bon feeling pour savoir quels sont les volontaires sérieux, travailleurs et engagés, et quels sont ceux à qui il ne faut pas confier de responsabilités…

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_sarita
Andrès le vétérinaire. Passionné, motivé, amical, professionnel, Andres est un énorme atout pour le centre. Il est non seulement compétent pour soigner les animaux, mais également pour concevoir des protocoles et gérer les animaux (capture d’animaux nécessitant des soins, mise en contact d’animaux qui ne se connaissent pas, réhabilitation pour les animaux relâchables…).

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_andres_veterinaire
le lieu. Suite à une expropriation, le centre a déménagé en urgence. Les propriétaires ont investi toutes leurs économies pour acheter un terrain à l’ouest de San José. Ancien verger, cet endroit regorge d’arbres fruitiers magnifiques qui permettront de nourrir les animaux. L’endroit est également entouré d’une rivière (el rio Grande). Ainsi les plantes restent toujours vertes près du centre même en saison sèche ! Tout cela attire de nombreux animaux sauvages (toucans, perroquets, ratons laveurs,…). C’est un lieu idéal pour aller observer les animaux sauvages !
N’étant pas loin d’une petite ville et de l’aéroport de San José, le centre est facilement accessible et proche de supermarchés et de magasins

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_kinkajou

Kinkajou

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_faucon_macagua_rieur

Magua rieur

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_coral_soleil

Corale soleil

– Ici, les gens sont zen, tico time comme ils disent ! On ne se met pas la pression sur les horaires etc.

Il y a une piscine et des hamacs ! On en a beaucoup rêvé quand on était en Thaïlande, le Costa Rica l’a fait ! Cela dit nous ne sommes jamais grimpés dans un de ces hamacs sauf quand on était malades. Quant à la piscine, nous n’y avons jamais trempé un orteil ! Trop occupés à travailler pour les animaux comme d’habitude !

ecolybride_travail_costa_rica_rescue_center_salle_repos

ecolybride_costa_rica_bilan_piscine

Les points négatifs:

Un manque de rigueur et de professionnalisme pour le travail avec les animaux. Malgré les conseils d’un staff animalier compétent, les animaux sont trop souvent mal gérés. Les décisions de déplacements et de séparation, les protocoles de captures, les décisions de relâchers dans le milieu sauvage, les décisions d’autopsie ou non,… sont souvent prises sans concertation préalable avec les professionnels concernés. Ce genre d’événement est souvent finalement géré par des passionnés non professionnels qui agissent avec leur cœur plus qu’avec leur raison.

Le centre est administré avec une vision à très court terme. Suite à l’expropriation du centre quelques années plus tôt, quasiment tous les animaux ont une petite cage temporaire, ce qui est compréhensible vue leur histoire. Malheureusement, plutôt que de concentrer les efforts sur le fait de donner une qualité de vie convenable aux animaux, le centre accepte de dépanner d’autres centres et propriétaires d’animaux. Il accepte ainsi les donations d’animaux dont les propriétaires ne veulent plus s’occuper. Il faut donc toujours créer des nouvelles petites cages en urgence, ce qui accapare les travailleurs, fait perdre du temps, de l’argent, de l’énergie, et créé un centre surchargé d’animaux avec de mauvaises conditions de vie. De plus, certains animaux qui pourraient retourner rapidement à la vie sauvage doivent attendre plus longtemps qu’on leur construise un enclos de réhabilitation…

ecolybride_travail_costa_rica_rescue_center_staff_bricoleurs

Les règles vis-à-vis des animaux sont très légères. Les gestionnaires du centre sont trop gentils sur le fait de toucher, caresser les animaux, les nourrir à la main etc. Nous avons parfois l’impression d’être dans un « pet zoo » !

Un singe non relâchable est traité comme un animal de compagnie plutôt que de l’inciter à avoir un comportement normal et de lui proposer une vie la plus proche possible de celle qui pourrait avoir dans la nature. Proposer aux animaux non relâchables une vie la plus proche du mode de vie naturel est pourtant l’un des principes fondateurs d’un centre pour animaux sauvages ! Mais pour ce petit singe ce n’est pas du tout le cas, il est traité comme un chien, ou un bébé… Ce qui est un triste exemple à montrer aux volontaires et aux visiteurs que le centre cherche pourtant à sensibiliser au respect de la nature…

Conclusion

Quand le centre nous a proposé de rester plus longtemps et de faire partie du staff. Nous leur avons avant tout expliqué notre avis sur le centre. Les gérants ont tout à fait été d’accord avec nous sur ces remarques. Nous avons alors conclu le marché de rester à condition de travailler sur ces points négatifs en plus des tâches qu’ils voulaient nous confier.
Sur nos 2 mois en tant que staff, nous avons travaillé d’arrache-pied pour faire nos tâches de base et travailler, avec les professionnels du centre, sur le projet de renouveau de l’organisme. Nous avons donc

  • fait une carte pour le futur centre
  • réalisé un nouveau livret d’accueil à lire par les nouveaux volontaires
  • créé un livre d’enrichissements pour animaux afin que les volontaires puissent faire des choses concrètes et amusantes pour les animaux sans avoir à les toucher
  • nous avons aussi mis en place des règles claires sur ce qu’il fallait faire ou ne pas faire avec les animaux.
  • Nous avons également travaillé sur le processus de réhabilitation d’un toucan

A notre départ, nous leur avons donc donné toutes les clés en main pour qu’ils puissent reconstruire un centre respectable suite à la catastrophique d’expropriation qu’ils ont subie il y a quelques années.
Aujourd’hui, le centre est à la croisée des chemins.

Parer à l’urgent suite à l’installation dans un nouveau lieu est maintenant chose faite.
L’avenir nous dira s’ils arriveront à recréer un centre digne de ce nom ou s’ils continueront à gérer le centre et leurs animaux sans en avoir une vision moderne et à long terme…

Notez pour finir que nous n’avons jamais outrepassé nos tâches et nos compétences durant nos 3 mois au CRARC. Nous sommes restés car le centre nous a demandé de les aider. Tous les projets d’avenir que nous avons réalisés pour l’association ont été conçus suite à la consultation de chaque personne du staff concernée.

Personnellement, nous sommes sortis grandis de cette aventure et des responsabilités que nous a confiées le centre ! Ce fut une excellente expérience et nous ne regrettons pas une seconde notre décision de rester plus longtemps avec eux. C’est non sans larmes que nous avons quitté ce petit coin de paradis du Costa Rica et tous les gens passionnés et passionnants que nous y avons rencontrés…

Nous remercions chaleureusement tous ceux qui nous ont fait confiance ! =)

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_photo_team_1

Notre team 1 à nos début de volontaire !

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_photo_groupe

La grande famille du CRARC

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_photo_equipe_2

Une partie du staff !

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_bilan_photo_equipe

Une autre partie du staff !

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Le paresseux, quel est cet animal ?

Suivant

Notre expérience en tant que staff au Costa Rica Animal Rescue Center

  1. Lyliane

    Bravo!!! vous avez travaillé dur, en espérant que le staff continue à exploiter tout ce que vous avez mis en place et que ce refuge prospère.
    J’imagine en effet que le départ a dû être dur après tout ce que vous avez vécu…
    Bonne expérience malgré toutes les difficultés.
    Bonne continuation. Bisous

  2. lione silly

    Bon Boulot!
    Vous auriez pu aussi leur laisser un modèle de Planning des Congés.
    Tout ces membres du staff seraient-ils partis en vacances si vous n’aviez pu les remplacer ?
    Cela fait à mes yeux plutôt léger quant-on a la responsabilité de tant de petits êtres…
    Félicitation pour votre application à toujours distiller les bonnes paroles et les bons gestes.
    Besito!!!
    El Padre.

  3. Oui sans doute dur de quitter le groupe
    Bon travail, il restera de bonnes choses de votre boulot
    Bon vent pour la suite
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016