banniere-froid-mongolie

Le froid de Mongolie

Nous ne séjournons qu’au début de l’hiver en Mongolie mais le froid se fait déjà sentir. Nous descendons parfois jusqu’à -15°C avec des températures ressenties qui peuvent être encore plus basses.

Malgré nos multiples couches de vêtements, nous subissons tout de même des soucis liés au froid :

Les extrémités qui gèlent :

Les doigts, les orteils, les oreilles, le nez,… peuvent parfois se refroidir jusqu’à nous faire mal. Quand je retire mes moufles afin de prendre une photo, il suffit de quelques minutes pour que mes doigts gèlent. Je perds rapidement toute sensation au niveau des mains et au moment de renfiler les moufles le contact avec le tissu est très douloureux.

froid-mongolie-dessin-2

La première semaine de notre venue, je pouvais dessiner dehors, maintenant ce n’est plus possible, mes doigts gèleraient !

L’humidité qui devient glace :

Toute humidité, sur les tissus, sur les cheveux ou sur les poils de moustache de Fabrice, gèle à l’air libre. C’est pourquoi il faut prendre certaines précautions quand on sort :

  • Ne pas avoir les cheveux mouillés
  • Ne pas transpirer dans le froid car après l’effort les vêtements mouillés (que ça soit les gants ou le t-shirt) donnent froid
  • Ne pas laisser son mouchoir sur une poche extérieure, sinon il devient tout dur et on ne peut plus se moucher de nouveau dedans
  • Ranger sa bouteille d’eau à l’abri du froid, dehors elle gèle en une heure ou deux

Quand nous avons l’écharpe qui monte jusqu’au nez afin de ne pas geler des joues et du museau, nous rencontrons deux inconvénients avec Fabrice. Le premier, c’est que notre respiration fait de la buée sur nos lunettes. Et le second c’est que l’humidité que l’on dégage dans l’écharpe gèle. L’écharpe est ensuite couverte de cristaux et devient toute dure ! Mais mieux vaut subir ces inconvénients que l’assaut du froid !

froid-mongolie-bonhommes-neige-11

Des enfants mongols ont fait des bonhommes de neige décorés avec des crudités de la cuisine.

La peau qui sèche :

C’est un problème que Fabrice ne rencontre pas trop, par contre moi, je dois beaucoup user de crème hydratante !

L’air est très sec en Mongolie à cette période et le chauffage au feu de bois supprime également l’humidité à l’intérieur. Ma peau et mes lèvres en ont subi les conséquences ! Ma peau a été tellement sèche à un moment que le moindre frottement m’écorchait ! Je me réveillais également la nuit tellement mes lèvres étaient sèches.

Maintenant, ça va mieux, nous avons fait une journée à Oulan-Bator en milieu de séjour, j’ai pu m’équiper en crème hydratante et en stick à lèvre !

froid-mongolie-branches-gele-1

L’électricité statique :

Nous ne comprenons pas le processus physique mais le froid et l’air sec semblent propices à l’électricité statique. Résultat :

  • mes cheveux s’emmêlent d’un rien
  • les cheveux, les poussières et les poils viennent se coller à nos vêtements qui donnent toujours l’impression d’avoir traîné par terre…

L’énergie dépensée pour se réchauffer :

Évidemment cela demande beaucoup d’énergie à notre corps de se réchauffer, même quand nous n’avons que les yeux et les joues qui dépassent ! Au début, cela nous a beaucoup fatigués et nous avons parfois fait des nuits de 10h sans compter la sieste (un record pour nous) !

Pire que quand je suis allée au ski, nous mangeons parfois comme des ogres après avoir fait une balade de deux heures dans la steppe ! Le froid, ça creuse.

froid-mongolie-moineau-froid-4

Les Moineaux friquets cherchent à se réchauffer sur les toits.

froid-mongolie-pigeon

Les pigeons cherchent à se réchauffer sur les toits.

Nos deux astuces pour lutter contre le froid :

La première, c’est bouger ! En marchant, en restant en mouvement, nous avons moins froid même si c’est fatigant de toujours gigoter. C’est une technique dont nous usons beaucoup quand nous faisons nos séances d’observation des chevaux. Sur la vidéo suivante, nous avons tourné les choses avec humour, mais je vous assure que même sans être filmés, nous faisons exactement pareil !

La seconde c’est multiplier les couches de vêtements, mais j’y reviendrai.

Comment les Mongols luttent contre le froid :

Les Mongols eux, tiennent beaucoup mieux  le froid que nous. Ils sont habitués !

Le biologiste avec lequel nous faisons parfois des sorties, Uurna, porte en ce moment juste une doudoune longue, par-dessus son t-shirt. Ce n’est qu’une semaine avant notre départ que nous le voyons porter un bonnet et des bottes fourrées.

froid-mongolie-sortie-ornitho-8

Fabrice et Uurna pendant une sortie ornitho (Fab a viré ses capuches et son bonnet pour mieux chercher les oiseaux).

Les vêtements traditionnels mongols semblent parfaitement adaptés. La moitié des personnes que nous croisons dans la campagne les portent encore. Ils ont de grosses bottes fourrées, type après-ski mais faits de cuir et de fourrure. Ils portent un long manteau qui descend jusqu’aux genoux. Il est noué par une ceinture en tissu qui fait plusieurs fois le tour de leur taille. Les manches de ces manteaux sont très longues, et s’élargissent au bout des bras, cela leur permet de s’en servir comme d’un manchon. Quand ils ont besoin de se servir de leurs mains, ils retroussent leurs manches, sinon ils les gardent longues. Par-dessus ce manteau ils ont parfois une autre veste, plus courte.

froid-mongolie-tenue-traditionelle-5

Un ranger et son « apprenti » viennent nous voir pendant une matinée très froide d’observation.

froid-mongolie-moto-manchon-9

Les rangers équipent leur moto pour mieux supporter le froid.

En hiver, leurs repas sont hyper protéinés pour pouvoir tenir le coup dehors.

Ils usent également de la boisson pour se réchauffer. Pour la plupart, ils boivent l’eau sous forme de thé. Là où nous vivons il y a toujours une grande thermos remplie de thé en libre-service pour tous les visiteurs (touristes ou fermiers du coin). Ils ont aussi une autre sorte de thé plus traditionnel avec du lait fermenté à la place de l’eau, mais c’est un autre sujet ! (nous en parlerons dans l’article « Le mode de vie mongol »)

froid-mongolie-the-traditionnel-10

Uurna qui boit un thé traditionnel dans la yourte d’un ranger du parc d’Hustaï.

La vodka et la bière mongole sont également joyeusement consommées !

Les enfants sont aussi très bien équipés pour le froid, pour ne pas s’embêter à retrouver les écharpes, les bonnets et les gants, les parents ont une technique simple : ils ne leur enlèvent pas tant que les enfants ont « quartier libre » comme ça ils rentrent et sortent pour jouer mais reste toujours au chaud ! Bien sur les vêtements sont retirés pour manger ou si les enfants ne sont pas amenés à sortir du tout.

froid-mongolie-enfant-emmitouffle-7

Borhow, la fille d’une cuisinière (elle s’est fait un léger œil au beurre noir mais le visage normal, elle est très jolie !)

Les bébés sont emmitouflés dans d’épaisses combinaisons qui les transforment en gros poupons. C’est assez mignon !

Les vêtements que nous portons Fabrice et moi :

Comme nous faisons un tour du monde, nous n’avons pas pu nous équiper avec des vêtements de ski. Nous avons dû opter pour de multiples couches qui nous servirons plus ou moins en fonction des pays que nous ferons.

que-mettre-dans-son-sac-vetement-pays-froids

Voici dans l’ordre ce que je porte quand je sors dans le froid observer les chevaux:

  • Sur la tête: un bonnet, 3 capuches.
  • Autour du cou: une écharpe tube en polaire et une écharpe plus légère mais plus large que je peux remonter jusque sous les lunettes.
  • En haut: un t-shirt manche courte en coton, un t-shirt manche longue, un t-shirt thermique à manche longue, une de mes vieilles polaires décat’ bas de gamme (je la jetterai si elle m’encombre plus tard), une polaire fine mais adaptée aux expéditions grand froid, une veste doudoune compactable, un manteau hardshell (une sorte de coupe-vent imperméable haute gamme).
  • Aux mains: une paire de gants qui font mitaines et moufles (pour rester un peu au chaud même quand j’ai besoin de mes doigts) et des manchons pour que le froid ne passe pas entre les gants et les manches.
  • En bas: un collant thermique et un pantalon de rando un peu épais et le pantalon de pluie en coupe-vent. Mon pantalon de rando est moins épais que celui de Fab, c’est cette partie de ma tenue qui a une faiblesse. Pendant les temps d’observations des chevaux j’ai l’impression que mes cuisses et mes fesses vont se transformer en glace (d’où les mouvements que je fais dans la vidéo, j’essaie de bouger et de frictionner cette partie de mon corps). Mais depuis peu, j’ai trouvé la parade : ma combinaison de plongée ! Je la mets directement par-dessus mon collant thermique. Très efficace ! Heureusement j’ai assez chaud en haut pour ne pas enfiler les manches !
  • Aux pieds : des chaussettes de randonnée, des chaussettes montante de ski, des guêtres en laine et mes chaussures de rando.
froid-mongolie-tenue-multi-couche

Maude en tenue

Fabrice porte un tout petit moins de couches que moi, il est beaucoup moins frileux, je ne vous décris pas sa tenue, elle est un peu moins impressionnante….

Fabrice en tenue

Fabrice en tenue

Cette mission d’écovolontariat est réalisée via l’association Cybelle Planète qui nous a mis en relation avec le parc d’Hustaï.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Sorties Ornithologiques à Hustaï

Suivant

Le comportement du cheval de Przewalski

  1. Lyliane

    Nous ne sommes pas habitués à ce genre de froid !!!!

  2. les5ailleurs

    Estce que la sécheresse est courante ou exceptionnelle ? Ou bien est-ce que la neige arrive plus tard ?
    Et comment résiste les batteries d’appareils ?
    Un plaisir de vous suivre 🙂
    Thierry

    http://enviedevoyage.jimdo.com
    http://les5ailleurs.jimdo.com

    • Maude

      Dans l’ensemble, c’est un pays sec, le désert de gobie couvre une partie de la Mongolie. Il n’y a que quelques moins dans l’année où l’eau est abondante et l’herbe bien verte… Heureusement en hiver il y a quelques jour de neige, elle tient avec le froid, ça fait une réserve d’eau pour les animaux…
      Nos batteries ont moins tenues que d’habitude. Mais pour ne pas qu’elles se vident trop toutes seules, nous mettions les batterie de rechange dans nos poches (à l’abri du froid).
      Merci pour le message ça fait plaisir d’être suivis !

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016