banniere-article-itsamia-village-tortue-ecolybride

Itsamia, le village des tortues

Itsamia est un village presque unique au monde pour la protection des tortues. C’est un lieu où chaque habitant est prêt à se battre pour défendre la survie des tortues qui viennent pondre par centaines sur la plage chaque nuit.

Ce petit village d’environ 600 habitants est situé à l’Est de Mohéli. Comme dans tous villages aux Comores, il y a un chef du village. Ici c’est Anrifoudine, en place depuis environ six ans. De nature calme et introvertie, il est très respecté et apprécié à Itsamia. Avant d’être chef du village, il a été éco-garde pour le Parc National de Mohéli, notamment afin de protéger les tortues. Il est également le Président de l’association du village, l’ADSEI, qui est co-gestionnaire d’une partie du Parc Marin. C’est avec cette association que nous avons travaillé une semaine comme écovolontaires (pour savoir pourquoi nous avons fait 2 missions d’écovolontariat tortues aux Comores, cliquez ici).

Une protection avant-gardiste

Depuis plus de 40 ans, bien avant la création du Parc Marin, le village d’Itsamia protège les tortues venant pondre.

Cependant, cette protection n’avait pas forcément une raison écologique à la base. En effet, avant cette protection, il était toléré que les gens chassent les tortues afin d’en consommer la chair et les œufs. Mais les odeurs des cadavres en décomposition dérangeaient fortement les villageois. De plus, il n’y avait pas seulement des gens d’Itsamia qui venaient chasser les tortues, mais d’autres villages ou même d’autres îles, comme Anjouan. Pour les locaux, les tortues venant à Itsamia étaient leurs tortues, ils souhaitaient défendre « leur bien ».

La conscience écologique est venue plus tard, notamment quand les gens ont constaté un lien entre la présence des tortues et la quantité de poissons en mer, que tout était lié. Ils ont également remarqué qu’ils pouvaient en tirer un autre bénéfice grâce au tourisme.

ecolybride_tortue_verte_itsamia_protection_maman

Tortue verte

Aujourd’hui, tous les villageois vivent en harmonie avec les tortues, celles-ci pouvant venir pondre à proximité des maisons, des bateaux échoués sur la plage,…  Ils arrivent parfois qu’une tortue s’égare dans le village et rentre dans une maison. Elle est alors simplement guidée vers l’océan. Quand un garde détecte la présence de braconniers, c’est tout le village qui les repousse, même en pleine nuit !

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-coince-dans-village-sauve-ecogarde-ecoguide

Saïd (guide et éco-garde) raccompagne une tortue perdue dans le village. Tous les villageois sont là pour la soutenir !

Une aide communautaire

Le village d’Itsamia peut accueillir des touristes voulant découvrir les tortues. Il est possible d’y dormir dans des « bungalows », de déguster un bon repas et bien sûr d’aller à la rencontre des tortues avec un guide.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-logement-touriste-bungalow

Lieu d’accueil pour les touristes

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-logement-touriste-bungalow-vue-plage

La vue depuis les bungalows

Tout l’argent donné par les touristes est investi afin d’améliorer les conditions de vie des villageois. Ainsi, de nombreuses maisons ont été équipées de panneaux solaires afin de fournir l’électricité, un dispensaire a pu ouvrir et une partie de la nouvelle mosquée du village a pu être financée.

Cela nous montre bien que la protection et la conservation de l’environnement peut avoir un impact positif sur les Humains !

Des tortues mais pas que !

En plus des plages aux tortues, Itsamia jouit également d’autres sites magnifiques qui sont eux aussi protégés.

Mchako

Mchako est un îlot, que l’on aperçoit depuis la plage d’Itsamia. Il a la particularité d’être tout blanc, à cause du guano des oiseaux. En effet, cet îlot abrite des colonies importantes d’oiseaux marins comme le Paille en queue, le Noddi brun, le Fou masqué,… Pour ceux qui le veulent, il est possible de s’y rendre en bateau afin de voir ces oiseaux voler autour de l’îlot et pêcher.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-ilot-blanc-mchako-guano-oiseaux

Mchako, l’îlot blanc (au fond à droite)

A proximité de cet îlot, il y a une grande quantité et diversité de poissons dont se nourrissent ces oiseaux.  C’est un spot de snorkelling intéressant où il est plus que probable de voir des requins !

Malheureusement, les conditions météo durant notre séjour ne nous ont pas permis de voir ce site de nos propres yeux !

Le lac Boudouni

Le lac Boudouni est un ancien cratère de volcan.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-lac

Le lac Boudouni

Afin de s’y rendre, toujours accompagné d’un guide, il faut traverser une forêt sèche. C’est une petite marche agréable d’environ une heure au cours de laquelle nous sommes bercés par le bruit des vagues. Pendant cette petite randonnée il est possible de croiser des lémuriens, de voir de nombreux oiseaux comme le Tchitrec malgache, des souimangas, des zostérops, des bulbuls…, et d’apercevoir quelques roussettes en vol.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-foret-seche

La forêt sèche

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-lemurien-foret-seche

Lémurien dans la forêt

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-tchitrec-malgache

Tchitrec malgache

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-zosterops-malgache

Zostérops malgache

A la fin de la marche, une dernière descente dans la roche volcanique nous mène enfin au lac. On peut alors y apercevoir une population d’environ 200 Grèbes castagneux (parfois plus), des hérons garde-bœufs, crabiers chevelus, quelques martins-pêcheurs vintsi en train de pêcher, des chevaliers aboyeurs,… En fin d’après-midi, ce sont également des centaines de roussettes qui s’activent et volent au-dessus du lac. Selon le chemin qu’emprunte le guide il est possible de déguster des oranges, ramasser quelques citrons ou bien traverser des champs d’Ylang ylang.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-roussette

Roussette

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-martin-pecheur-vintsi

Martin-pêcheur vintsi

En rentrant de cette sortie, il est alors agréable de s’arrêter sur la plage à proximité des bungalows pour regarder les frégates retournant aux dortoirs, voir un Héron cendré chasser le crabe, apercevoir un Faucon pèlerin sur la falaise,… Et à la nuit tombée, entendre la Chouette effraie.

Notre travail à Itsamia

C’est dans ce village que nous avons rencontré des professionnels étudiant les tortues et que nous avons finalement réussi à en apprendre plus sur cet animal. Suite à nos déboires avec Moidjio, l’ADSEI, par le biais de deux de ses membres (Anrifoudine et Halifa), nous a proposé d’être écovolontaires.

Ici, notre principale mission est de recenser les activités des tortues venant pondre sur les plages. Pour cela, nous nous rendons dès 6 heures du matin sur les 5 plages d’Itsamia où viennent les tortues. Il faut alors identifier les traces montantes et descendantes et ne se fier qu’aux descendantes. Une trace descendante étant la direction qu’a prise une tortue pour retourner à la mer. En remontant cette trace, il faut ensuite identifier si la tortue a « pondu » (c’est le cas si elle a « refermé » le nid) ou bien « non pondu » (si elle a fait demi-tour, a rencontré des débris en creusant…). Parfois il est impossible de savoir, notamment si elles vont trop loin dans la végétation ou bien que l’on identifie plusieurs traces mais que certaines sont effacées par l’activité d’autres tortues. On dit alors que c’est « inconnu ».

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-recensement-trace

Maude en train d’identifier les traces des tortues

Lors de ce recensement matinal, nous en profitons également pour protéger les émergences et donc les bébés tortues des prédateurs comme les corbeaux. Nous tentons d’accompagner les petites tortues jusqu’à la mer et d’effaroucher les oiseaux.

ecolybride_comores_moheli_tortue_itsamia_surveillance_bebe

Maude accompagnant un bébé jusqu’à l’océan

En petit bonus, nous avons pu participer à un comptage des oiseaux du lac Boudouni.

ecolybride-article-itsamia-village-tortue-comptage-oiseaux-lac

Comptage des oiseaux du lac Boudouni

 

Bien qu’Itsamia soit une petite communauté, les gens ont compris depuis longtemps que s’ils protégeaient leur patrimoine naturel, ils pouvaient en tirer un bénéfice, que ce soit par le tourisme, la pêche,… Un exemple dont un bon nombre de personnes devraient s’inspirer. Enfin, l’accueil et l’amabilité des habitants d’Itsamia donne vraiment envie de les rencontrer. Personnellement nous ne les remercierons jamais assez pour leur aide suite à notre problème avec Moidjio. C’est la communauté d’Itsamia, Anrifoudine, Halifa, Saïd (guide et éco-garde), les pêcheurs,… qui ont permis de sauver notre séjour aux Comores et d’en garder quelques bons souvenirs. Bien sûr nous ne les aurions jamais rencontrés sans notre ami Monsieur Y. Un grand merci à toi aussi mon ami.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Arnaque de Moidjio et son écovolontariat tortues

Suivant

La vie des tortues

  1. Josiane et JP

    Ces meilleures nouvelles de la fin de votre séjour après ce qui s’est passé précédemment vous permettent de terminer ce séjour plus positivement !
    Ce village a l’air très accueillant et travaille à la protection des tortues, ce pour quoi vous étiez aux Comores !
    Exit Moidjio !
    Bravo à ce village qui fait de la protection avec de petits moyens !
    Merci pour tout ce que vous nous envoyez !
    Bonne poursuite de votre voyage !
    Bises de nous 2

    PS : Reçues toutes les cartes ! Merci

  2. Lyliane

    Cela fait du bien de lire cet article et de voir que grâce à tous ces gens sympathiques vous avez pu continuer votre séjour et participer à l’étude sur les tortues.
    Bravo à ce petit village qui a compris que la protection des tortues pouvait lui apporter beaucoup d’avantages.
    Malgré vos déboires vous avez fait de belles rencontres et gardé de bons souvenirs…
    Bonne continuation dans votre voyage.
    Gros bisous.

  3. NADINE​

    Oui contente de lire ces bonnes nouvelles !!!!!
    Oublier vite vos deboires afin de continuer sereinement vos missions 2t nous donner des nouvelles. Fiere de vous les loulous !!!?! Bises

  4. Tres bien ce village aux tortues, des gens impliqués, cela fait du bien
    oublier vite ces deboires afin de continuer sereinement vos missions et nous donner des nouvelles !!!?! C’est chouette de pouvoir vous suivre un peu….
    Bises

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016