banniere-premier_jour_thailande

Premier jour en Thaïlande

Tout commence dans les transports en commun :

Nous arrivons en Thaïlande à 1h du matin. Après 9h de voyage (2 vols dont une escale en Chine) nous sommes un peu fatigués. Mais nous ne ferons pas une bonne nuit de sitôt puisqu’il nous faut attendre que le métro ouvre, c’est-à-dire pas avant 7h… Nous passons donc 6h dans l’aéroport. Quelque part, nous ne sommes pas pressés de sortir, nos souvenirs vagabondent encore dans l’immensité de la steppe mongole.

Pour nous rendre au centre de faune sauvage où nous allons travailler un mois, nous avons quelques moyens de transport à prendre :
– tout d’abord le métro tout neuf qui va de l’aéroport au centre-ville de Bangkok
– ensuite le bus pour rallier la gare routière (nous sommes montés à bord de 3 bus avant de trouver le bon ! Avec les sacs à dos de 15-17kg et la chaleur c’était sympa !)
– Puis un mini-bus, rempli de monde et de bagages, de la gare routière jusqu’à la ville de Cha-am
– Et enfin un taxi sorng-taa-ou (un camion avec des banquettes à ciel ouvert à l’arrière) de Cha-am au centre de faune sauvage du WFFT.

ecolybride_thailande_premier_jour-maude

Moi dans le sorng-taa-ou

Premières impressions :

La différence de température entre la Mongolie (en moyenne 0 degré C) et la Thaïlande (en moyenne 30 degrés C) est éprouvante. L’humidité aidant nous nous traînons avec nos gros sacs d’un point à un autre.

ecolybride_thailande_premier_jour_peluche_cheval

Les cadeaux que nous avons reçus en Mongolie nous accompagnent. Ils profitent de la vue !

Au-delà de la fatigue, voici ce que nous avons remarqué :

A Bangkok :

Les gens aiment la couleur. Les maisons sont peintes avec tout un tas de couleurs vives. Les camions sont arc-en-ciel…

ecolybride_thailande_premier_jour_camion_colore
L’humidité et la chaleur amplifient les odeurs. Les vendeurs de brochettes et de poulet pané préparent leurs produits dans de petites étals roulants à moteur. L’odeur de friture domine.
Les trottoirs sont très irréguliers. Il faut faire attention à ne pas se casser une cheville
La circulation est dense. Voitures et touk-touk à moteur (ce ne sont plus des vélos comme autrefois) passent en continu. Il y a des passerelles piétonnes pour traverser les grandes avenues.
– Dans cet univers urbain nous avons tout de même vu un écureuil passer en funambule sur un fil électrique.

ecolybride_thailande_premier_jour_panneau_stop

Nous n’aimons pas trop les villes : nous avons donc quitté au plus vite ces lieux bruyants et pollués pour aller au centre de faune sauvage.

En province :

Dans le minibus pour aller en province, nous n’avons jamais vraiment vu la campagne. Des maisons, des boutiques et des magasins se sont installés tout au long de la route…et surtout, nous nous sommes endormis quelques temps !

Certains magasins sont très kitchs mais très drôles. Ils vendent des décorations de jardin type nain de jardin. Il y a des mickeys de 1m50, des Hulks géants, des moutons multicolores, … Nous nous demandons encore qui peut bien acheter ça !

Dans le même esprit que ces magasins il y avait des mini parcs d’attraction type jeux pour enfants et adultes : Santorini parc (avec des fausses maisons greques), une sorte de mini ferme avec un faux moulin à vent…

ecolybride_thailande_premier_jour_santorini_park

Certaines choses nous rappellent tout de même que nous sommes en Thaïlande :
– les belles montagnes verdoyantes au loin,

ecolybride_thailande_premier_jour_montagne
– les petits autels ornés de fleurs,

ecolybride_thailande_premier_jour_autel
– les marchés bâchés installés le long de la route sont nombreux
– notre mini-bus est rempli à ras bord de voyageurs, de sacs de riz, de fleurs, et autres…

Nous ne côtoyons vraiment la campagne que lors des 40 dernières minutes de voyage  ! Fabrice est aux anges, il entend et voit plein d’oiseaux, ça le change de la Mongolie !

ecolybride_thailande_premier_jour-fab

De toute façon tout change de la Mongolie :
– la température
– l’humidité
– la nature et ses plantes foisonnantes
– le bruit incessant des insectes, oiseaux, scooters,…
– et (nous le découvrirons plus tard) le nombre de bénévoles pour cette mission, la quantité de travail…

 

Cela explique peut-être le peu de photos présentes dans cet article. Nous sommes encore trop déphasés pour penser à en faire !

Il va nous falloir plusieurs jours pour nous adapter !

Ne manquez pas nos prochains articles pour découvrir le centre de faune sauvage du WFFT où nous allons passer un mois !

ecolybride_thailande_premier_jour_route_wfft

on arrive bientôt !

 

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Nos meilleures photos de Mongolie

Suivant

Présentation de la WFFT

  1. hajdukiewiez

    Mes pauvres ! Vous devez être complètement déphasés ! 😉

  2. Lyliane

    Oui en effet le dépaysement est total.
    Nouveau pays, nouvelles découvertes, nouvelles rencontres tout aussi sympas…
    Belle aventure… Merci de nous faire partager vos impressions.
    A bientôt. Bisous

  3. Nadine

    Merci beaucoup pour ces premières infos
    Bisous

  4. Lionel

    Welcome to the Siam !
    J’ai reçu la carte de Mongolie le 28. MERCI !

  5. Dites donc entre les 9h de vol et la farandole de transports pour arriver au centre… Plus la chaleur et le bruit de Bangkok… Les bonheurs du voyage !

  6. Josiane et JP

    En effet, quel changement !
    Le temps que vous preniez vos marques et nous attendons la suite de votre nouvelle aventure en Thaïlande.
    Nous aussi, avons bien reçu votre carte de Mongolie .
    Merci.
    Bises à vous 2

  7. Tine

    Wouaaah ! ça se mérite, le WFFT ! Faut être jeune pour un voyage pareil et direct au boulot en arrivant !

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016