baniere_article-hustai_ecolybride_prezwalski

Présentation du parc national d’Hustaï

Au cours de nos deux premières semaines de mission, nous avons eu le droit à des petites interventions personnelles de la part des scientifiques travaillant au Parc Hustaï, que ce soit sur la faune, la flore, le Parc ou les Chevaux de Przewalski (ou Takhis en Mongole).

Voici donc un premier petit résumé de ce que nous avons appris grâce à eux.

Le Parc National Hustaï

Le Parc National Hustaï est seulement situé à deux heures de route d’Oulan Bator. Avec ses 50620 Hectares, il est l’un des plus petits Parcs nationaux de Mongolie, mais n’en demeure pas moins essentiel !

logo_article_hustai_ecolybride

Logo du Parc Hustaï

 

Il a été créé en 1992, tout d’abord comme Réserve Naturelle puis il a été élevé au rang de Parc National en 1998, pour la réintroduction et la protection du Takhi en Mongolie.

carte_hustai_ecolybride_prezwalski

Cartes des Aires Protégées de Mongolie

 

Les autorités ont décidé de réintroduire une partie des Takhis à Hustaï, car celui-ci est à proximité de la capitale, Oulan-Bator. Ainsi, la protection de la population des Takhis est plus simple car il est plus aisé d’intervenir, mais il est également plus évident d’embaucher du personnel que dans le désert de Gobi.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes travaillent au sein du parc, et vivent dans le centre. On retrouve ici tous corps d’activités comme le directeur du Parc, les scientifiques, les gardes, les chauffeurs, les serveurs, les cuisiniers, le personnel d’entretien,…

ranger_article_hustai_ecolybride

Un des gardes du Parc Hustaï

 

Les principales activités du parc sont :

  • Conservation de l’environnement
  • Réintroduction du Takhi
  • Recherche scientifique (eau, végétation, chevaux,…)
  • Développement de l’écotourisme
  • Développement de la zone tampon.

 

La zone tampon est une zone périphérique qui ne fait pas partie du Parc mais bénéficiant de sa protection, les animaux pouvant se déplacer librement  dans cette zone. De plus, le parc travaille avec la participation des familles vivant dans cet espace. Sensibilisés à la protection de l’environnement, ces derniers sont les ambassadeurs du Parc. En contrepartie, le parc aide ces personnes à développer leurs activités (agriculture, culture, fabrication de fromage et de yaourt,…) de façon durable.

tampon_article_hustai_ecolybride

Zone tampon en violet sur cette carte, périphérique au Parc Hustaï

La biodiversité à Hustaï

Le parc est situé à une limite de transition de climat, et présente donc  des habitats différents (Dunes, Forêts, steppes, montagnes, Rivières) et une biodiversité importante.

livre_faune_article_hustai_ecolybride

Guides de la faune du Parc Hustaï

 

En ce qui concerne la faune, il a été dénombré de très nombreuses espèces :

  • 400 espèces d’insectes
  • 2 espèces d’amphibiens
  • 4 espèces de reptiles
  • 55 espèces de mammifères
  • 223 espèces d’oiseaux
  • 16 espèces de poissons

Les études de terrain menées au sein du parc ont notamment permis de découvrir une nouvelle espèce d’insecte qui porte aujourd’hui le nom du parc (je ne l’ai pas retenu, mais c’est quelque chose comme Gnagnagna Khustainiensis).

livre_flore_article_hustai_ecolybride

Guide de la flore du Parc Hustaï

 

La flore du Parc est tout aussi importante, puisque environ 500 espèces de plantes vasculaires (plantes avec fleurs) sont présentes ici. Parmi ces 500 espèces, 217 espèces ont des propriétés médicinales (mais elles sont considérées comme dangereuses, si elles sont consommées à trop haute dose), 17 sont utilisées dans l’alimentation et 236 sont des espèces mellifères (pour le miel).

Dans la zone forestière, huit espèces de baies sont présentes. Seulement, la superficie de la forêt a tendance à diminuer à cause de l’augmentation de la période de sécheresse, du changement climatique, et de la diminution des populations d’insectes. Ce qui a bien sur un impact sur la faune et la flore.

La steppe est essentiellement composée d’herbes, c’est un lieu de pâturage important pour les herbivores. Environ 200 espèces de plantes sont pâturées dans le parc. Cela entraîne parfois un problème de surpâturage à certains endroits du parc. En effet, les Takhis restent « cantonnés » sur deux secteurs du parc et mangent donc tout le temps aux mêmes endroits. A cela, il faut ajouter les autres herbivores présents dans ces secteurs.

 

Malgré tout, grâce à la création de ce parc et à la protection qui a été mise en place , les études ont permis de montrer que les populations animales et végétales avaient très largement augmenté et que de nouvelles espèces avaient « migré » au sein du Parc Hustaï (notamment les gazelles de Mongolie).

 

Le Parc National Hustaï offre une grande richesse naturelle et la gestion mise en place ici y est pour beaucoup. En effet, la réintroduction et la protection des Takhis ont permis de booster cette diversité (augmentation des populations, nouvelles espèces,…) mais également de développer l’activité éco-touristique de la région. Ce travail de valorisation inclut également les populations locales, qui bénéficient d’un soutien pour leurs activités rurales.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Coly prend l’avion

Suivant

Le paysage Mongol

  1. Lyliane

    Merci de partager toutes ces informations et de mieux faire connaître une région si loin de nous….

  2. Nadine

    Merci pour ce commentaire….. Bisous à vous

  3. Lionel

    Bel exemple à suivre, de cette version du « Vivre ensemble »

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016