banniere-pulau-sapi

Pulau Sapi

Aujourd’hui journée un peu plus cool !

Nous passerons la journée sur la petite Pulau Sapi, à traduire donc « île aux vaches », bien qu’il n’y ait jamais eu le moindre bovin là-bas…
Elle fait parti des îles du parc de Tunku Abdul Rahman qui est à seulement quelques kilomètres au large de KK, ce qui en fait une destination touristique prisée…

D’ailleurs en passant, on ne vous a pas tellement parlé des touristes ici justement ! Ils sont plus nombreux que ce qu’on imaginait. Et à part quelques européens assez rares, ils sont très régulièrement australiens. Mais la palme du tourisme à Bornéo revient aux Chinois ! On les retrouve par dizaines dans les lieux touristiques, habillés avec des vêtements… originaux et hauts en couleurs. Ils débarquent en groupes bruyants à partir de 11h. Ils visitent les site tel un ouragan, se prennent en photo devant tout et n’importe quoi et repartent rapidement pour laisser place à un nouveau groupe déversé par un car (ou un bateau pour le cas d’aujourd’hui)… Et à KK les Chinois ne sont pas présents qu’en tant que touristes ! Ils le sont aussi en tant que restaurateur ! Il est très dur de manger malaisien à KK, et même trouver un hamburger est un véritable challenge (c’est dire !). Espérons que là où nous faisons le bénévolat nous trouverons des lieux plus authentiques !

Aujourd’hui, et comme souvent, pour éviter un peu les touristes, nous partons donc tôt et sommes sur l’île dès 9h.

Un petit compagnon de traversée

Un petit compagnon de traversée

Au cours de notre traversée, nous avons tout de même eu la chance d’observer un Milan sacré en train de pêcher.

Milan sacré

Milan sacré

Ne sont alors sur place que quelques apprentis aventuriers qui avaient campé la nuit passée.
Avant qu’il ne fasse trop chaud et que les animaux ne soient pas encore cachés, nous nous lançons d’abord dans la rando qui fait le tour de l’île… Oui je sais on avait dit journée cool aujourd’hui… Mais pour notre défense c’est une petite marche, juste 45 min (oui l’île est trèèèèès petite)!
Nous voilà donc partis dans la petite forêt. Mais nous avons oublié de mettre du répulsif à moustiques. Grossière erreur ! Et les insectes n’ont pas tardé à nous le faire savoir. Nous n’avions pas fait 100m sur le sentier que nous avons été attaqués par une nuée de moustiques ! Réalisant notre erreur, nous nous sommes immédiatement rués sur la bouteille anti insectes ! Résultat, quand même 6 piqûres, et pas des petites !
Une fois protégé, nous continuons à avancer, et là nouveau soucis, plus important cette fois-ci… Sur le petit sentier, d’à peine 2 mètres de large et flanqué de part et d’autre par l’épaisse jungle, un beau varan malais nous barre la route. Couché de tout son long (au moins 2m), il profite d’une petite zone ensoleillée par les rayons du matin (mais déjà meurtriers pour ma peau). Nous décidons de contourner en passant pas les sous-bois. On a presque fini de le dépasser, quand il fini par quitter son solarium pour s’enfoncer dans la forêt (C’était bien la peine!). Mais avant de s’éclipser, il avait quand même eu le temps de nous occasionner une petite montée d’adrénaline en fouettant l’air avec sa queue !

Varan Malais

Varan Malais

La suite de la rando s’est passée sans accroc. Nous longeons parfois la mer et nous sommes malheureusement témoins des nombreux déchets et des milliers de bouts de coraux morts jonchant le rivage… La société de consommation et le tourisme fond des ravages ici. Ici, les seules zones nettoyées sont en fait celles les plus fréquentées par les touristes. Triste constat…colybride 03.08.14 (10)
Mais voilà que la rando se termine ! Nous posons nos affaires sur la plage, jetons nos vêtements déjà trempés de sueur (il n’est que 10h !) et filons à la flotte. Plage et baignade seront maintenant nos seules activités de la journée. Nous faisons un peu de snorkelling (un magnifique Pygargue blagre ponctue notre première sortie plongée (http://www.oiseaux.net/oiseaux/pygargue.blagre.html)). La barrière de corail est assez réduite et moyennement diversifiée mais bon c’est déjà ça pour commencer. Fabrice passera l’essentiel de sa journée dans l’eau à explorer. Quant à moi, j’essaie de préserver un peu ma peau pour le début du séjour. Je reste souvent à l’ombre à modeler des sculptures de sable (quand on a pas pris son papier et crayon on fait avec ce qu’on a !).colybride 03.08.14 (12) colybride 03.08.14 (11)
J’ai juste fait quelques plongées mais j’ai tout de même vu une petite murène nager !
Nous n’avons pas encore pris le temps d’identifier nos observations mais voici quand même quelques photos de notre premier snorkelling a Bornéo :

Ciel ! Un poisson géant me nage après !

Ciel ! Un poisson géant me nage après !

colybride 03.08.14 (2)

Coraux verts

Coraux verts

colybride 03.08.14 (3)

Drôles de poissons...

Drôles de poissons…

colybride 03.08.14 (4) colybride 03.08.14 (7)

Poisson taureau

Poisson taureau

Nous prenons le dernier bateau qui nous ramène sur Bornéo. Mais nous constatons que la petite embarcation qui peut prendre environ 10 personnes n’est pas aussi rapide qu’a l’allée. Les bateaux des autres agences nous dépassent allègrement… Et puis soudain le moteur se coupe, le bateau s’arrête. Il nous fait le coup de la panne ! Et c’est pas des blagues ! Réalisant ça un Chinois enfile frénétiquement son gilet de sauvetage. Le conducteur nous demande dans un jargon mi-malaisien mi-anglais : « personne n’a un téléphone pour appeler en Malaisie ? »… Non nous avons tous des téléphones étrangers ou pas de téléphone du tout… Bon… Bah on fait quoi… D’autres bateaux continuent de nous dépasser, nous tentons de les appeler à l’aide par des signes, les touristes à bord nous répondent joyeusement des « coucou »… C’est mal barré ! Finalement un autre bateau de notre compagnie arrive et nous lance un bidon d’essence. Ouf ! Nous dormirons sur la terre ferme ce soir !

Côté pratique :

Nous avons dormi a l’auberge de jeunesse Akinabalu Youth Hostel, un endroit plutôt bien tenu et organisé pour un établissement Malaisien. Il a coûté 70RM pour une nuit chambre double. Comme beaucoup d’hôtel à KK, il se fait également agence de voyage et, par son biais, il est possible de s’acheter son voyage organiser à Bornéo. Mais il propose aussi des réductions ! N’hésitez pas à dire à la tenancière vos projets. Elle nous a donné un bon de réduction de 10RM/par personne pour le bateau.
Pour aller à pulau sapi par bateau, on a pris la compagnie Aparu Holiday Tours (comptoir numéro 8) ça nous a coûté 40,40RM pour 2 en comptant la réduction de notre hôtel.
Arrivé à l’île il faut s’acquitter de 10RM par personne afin d’obtenir le droit de poser le pied dessus.
Attention : sur notre livre guide, il est écrit que l’on peut faire Sapi – Gaya à la nage. C’est vrai que c’est pas loin, mais il faut d’abord affronter l’avalanche de coups de sifflets strident du surveillant de baignade qui s’énerve quand on dépasse les bouées, puis croiser les doigts pour ne pas se faire taper par un bateau passant par là à toute allure… Cela dit une tyrolienne permet de passer de Gaya vers Sapi.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Visite de Poring

Suivant

Premiers jours au camp

  1. Daudin

    Merci de ces belles visites commentées avec les images en plus.
    De sacrées journées pour vous !
    Maintenant, rendez-vous avec les tortues et les coraux ; vous allez commencer le projet !!!
    A bientôt.
    Bises de nous 2

  2. MartineH

    Nous, pauvres sédentaires, sommes comblés : un post par jour, c’est inespéré ! Mais maintenant, on est à croc : IL NOUS FAUT notre dose de rêverie quotidienne !!!! On vous suit, et vous attend ! bravo pour cette belle aventure qui commence !

    • Il va falloir s’y faire pourtant à cette raréfaction d’articles ! Il existe peut-être des patch en pharmacie pour une telle dépendance… ?

  3. Ah ca y est le voyage a commencé!!! Oui les touristes chinois sont vraiment omniprésents et tellement agaçants haha

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016