ecolybride_relacher_animal_sauvage_nature_possible_pourquoi_banniere_2

Relâcher un animal, pourquoi n’est-ce pas toujours possible ?

Relâcher un animal sauvage dans la Nature n’est pas aussi simple qu’on le croit.

Même si c’est l’une des missions premières des centres de faune sauvage, réintroduire un animal dans son milieu naturel est très compliqué.

Pour le comprendre, voici donc une liste de ce qui peut empêcher un animal d’être relâché :

L’animal est physiquement incapable survivre

C’est la raison la plus connue. Si l’animal est handicapé, diminué, a un problème de santé incurable, bien sûr, il ne peut être relâché. C’est le cas des oiseaux auxquels on a coupé le bout des ailes par exemple.

ecolybride_relacher_animal_sauvage_nature_possible_pourquoi_tortue_carapace_attaque_chien

Larry, est une petite tortue du CRARC. Il a été attaqué par un chien qui lui a abîmé le côté de la carapace, des morceaux ont disparu laissant ses organes internes sans protection. Larry a aujourd’hui une carapace artificielle qui lui permet de se promener sans risque dans son parc. Mais son bouclier ne serait pas assez solide contre une attaque de prédateur…

ecolybride_relacher_animal_sauvage_nature_possible_pourquoi_paresseux_electrocute

Violetto, un paresseux du CRARC, ne retrouvera jamais la vie sauvage. L’une de ses pattes a été amputée. En effet, il a subit une forte électrocution en grimpant sur un fil électrique. Cela a brûlé ses pattes et a détruit son bras. Malgré sa rémission et sa grande agilité à se déplacer à 3 pattes, la peau de ses paumes reste extrêmement fragile suite à la brûlure. Il est souvent sujet à des infections qui ne pourraient se soigner sans un traitement vétérinaire…

ecolybride_thailande_wfft_bernie_casoar

Berty , le casoar du WFFT, est impossible à relâcher. Il a était recueilli suite à une vilaine blessure au crâne qui a entraîné des dommages cérébraux irréversibles.

Il n’y a nulle part où le relâcher

Malheureusement, le manque d’espace est un problème majeur. C’est d’ailleurs l’origine de beaucoup de menaces pour les espèces. Leur territoire devient trop étroit et se fragmente, ce qui entraîne des accidents de la route, des conflits avec l’homme, des attaques par des chiens errants, un braconnage plus courant, une pollution plus importante du fait de la proximité des humains, difficulté pour les individus de se rencontrer…

Les centres de faune sauvage cherchent à relâcher les animaux dans des zones sûres pour eux. Il est malheureusement de plus en plus difficile de trouver des lieux où ils pourraient être en sécurité après avoir recouvré la liberté.

De plus, les diminutions des territoires forcent parfois trop d’individus d’une même espèce à être dans la même zone restreinte. Cela entraîne des déséquilibres des écosystèmes ou des conflits entre animaux territoriaux. Un centre ne peut pas se permettre de relâcher un animal dans un lieu où son espèce est déjà en surpopulation.

asu-tigre-sumatra

Le tigre, comme la panthère, est malheureusement une espèce très dure à relâcher, entre autres du fait du manque de territoire. Actuellement, son espace est tellement grignoté et morcelé qu’il est de plus en plus fréquent qu’il s’aventure sur les territoires humains. Ceci n’est pas sans engendrer des morts et blessés dans les deux « camps ».

Il est d’une espèce qui doit apprendre beaucoup pour survivre

Certaines espèces peuvent vivre et survivre de façon instinctive comme la plupart des reptiles et des oiseaux. Mais d’autres survivent dans la nature grâce au long apprentissage qu’ils ont eu avec leur mère. Celle-ci leur enseigne à trouver leur nourriture, à choisir les plantes et les fruits, à décortiquer des aliments, à se soigner,… Pour les animaux assez intelligents comme les singes, les perroquets ou les éléphants l’inné ne suffit pas et leur savoir s’acquiert par apprentissage. Il est donc très difficile de relâcher certains orphelins car les humains n’ont pas la connaissance ou la capacité physique de leur enseigner tout ce qu’ils doivent savoir.

ara_dessin_maude

Les aras rouges, comme beaucoup de grands perroquets sont des animaux très intelligents et sociaux. Mais il est très compliqué de leur apprendre à survivre dans la nature.

ecolybride_thailande_animaux_wfft_orang_outan_maggie

La libération des orangs-outans, comme celle de tous les grands singes, est également difficile à effectuer. Mais de par leur proximité génétique/physique avec l’homme, il est parfois possible de leur apprendre et leur montrer comment ouvrir les fruits, se faire un nid, etc. afin de leur enseigner les connaissances nécessaires pour vivre dans la forêt.

Il est trop proche des humains

Un animal trop « apprivoisé » ne peut malheureusement que rarement être relâché. En effet, même s’il est capable de se débrouiller seul, le risque est trop grand qu’il se rapproche des humains. Il pourrait le faire car il ne les craint pas  ou parce qu’il recherche leur compagnie. Que cela soit par curiosité, faim ou besoin de caresse, il serait risqué que cet animal s’approche des hommes. Risqué pour lui, il pourrait être capturé ou tué, et risqué pour les humains, n’ayant pas peur d’eux il pourrait les blesser.

De plus, si un animal trop imprégné était relâché par un centre puis s’attaquait à des poules, du bétail ou même des gens, cela jetterait le discrédit sur l’espèce et sur le travail du centre qui l’a relâché. C’est pourquoi par sécurité et pour éviter une mauvaise réputation, un animal  qui devient trop proche des humains doit souvent rester en captivité toute sa vie…

ecolybride_relacher_animal_sauvage_nature_possible_pourquoi_capucin_impregne

Frida est un capucin à face blanche. Utilisée autrefois comme animal de compagnie, elle est aujourd’hui trop imprégnée pour être relâchée. Ici, elle monte sur Fabrice, l’empêchant de faire son travail. ATTENTION EN AUCUN CAS FABRICE NE L’A INCITE A AVOIR CE COMPORTEMENT.

Il est non-relâchable pour des raisons administratives

Malheureusement il arrive aussi que l’animal ne puisse être relâché simplement car le centre n’en a pas le droit.

Il peut s’agir d’un refus pur et simple du gouvernement de relâcher l’animal. C’est souvent le cas pour les grands animaux potentiellement dangereux. En Bolivie par exemple, le gouvernement refuse jusqu’à maintenant que des grands félins soient relâchés dans la Nature.

Il peut aussi s’agir d’un problème de lois internationales. Si un animal sauvage est recueilli dans un pays qui n’est pas son pays d’origine, le centre de faune sauvage ne peut souvent rien faire pour le relâcher ou même pour l’envoyer dans un centre dans son pays d’origine. En effet, il est très compliqué de déplacer un animal sauvage d’un pays à un autre. Cela implique de longues et complexes démarches administratives, des relations, et de gros moyens. Car entre les vaccins, les frais de dossier, les quarantaines, le coût du transport spécialisé, etc, les centres de faunes sauvages n’ont souvent pas les moyens.

C’est ainsi que certains animaux se retrouvent à vivre seuls loin de leur congénères et de leur pays ou continent d’origine…

ecolybride_relacher_animal_sauvage_nature_possible_pourquoi_ouistiti_apprivoise_loin_bresil

Ce petit ouistiti à pinceau blanc, originaire du Brésil, a été recueilli au Costa Rica. Victime du trafic d’animaux sauvages, il serait quasiment impossible de le renvoyer dans la jungle de son pays natal. De plus, ayant été utilisé comme animal de compagnie, il est aujourd’hui très imprégné des humains.

Le relâcher est un échec pour des raisons inconnues

Parfois toutes les conditions sont réunies pour qu’un animal soit relâché. Mais la réintroduction est un échec sans que l’on puisse l’expliquer. L’animal n’arrive parfois tout simplement pas à s’adapter à sa nouvelle vie.

ecolybride_costa_rica_animal_rescue_center_gigi

Gigi, l’Araçari est l’espoir de réintroduction qui nous tient le plus à cœur. Nous avons œuvré trois mois pour mettre toutes les chances de son côté afin qu’il puisse retrouver la vie sauvage. Il n’y a plus qu’à attendre qu’il soit adulte et que le gouvernement donne son autorisation de relâcher, et il ne tiendra plus qu’à lui de relever le défi de la vie sauvage. Nous espérons de tout cœur que cela soit un succès.

 

La réintroduction d’un animal est un projet bien plus long et complexe que l’on imagine. Sans compter tous les obstacles que les centres de faune sauvage peuvent rencontrer, le processus de réintroduction n’est pas encore une science exacte. Les protocoles de réintroduction sont ajustés au cas par cas selon les individus afin d’augmenter les chances de réussite. Mais les projets de relâchers, n’aboutissent pas toujours malgré toute la bonne volonté du monde. C’est pourquoi il est essentiel de soutenir également les gens et les associations qui travaillent à l’origine du problème ! Lutte anti-braconnage, anti-déforestation, programme de sensibilisation des populations… ces missions font peut-être moins rêver que rééduquer un animal blessé mais elles sont tout aussi essentielles !

Allez, en bonus, le processus de relâcher de Marty Mc Fly, le martinet ! Non, nous n’avons pas pleuré à la fin ! C’est faux !

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

La vie aux Comores

Suivant

Séjour à l’Ingwenya Lodge, St Lucia

  1. Lyliane

    Eh oui dommage de ne pouvoir relâcher ces animaux!!! Bravo à tous ces refuges qui se chargent de ces pauvres animaux…
    Espérons que votre Gigi prenne bientôt son envol, ce sera une victoire pour vous…
    Bonne continuation. Gros bisous

  2. Lionel

    Merci ! pour ce belle article.
    Croisons les ailes pour Gigi !

  3. Tine

    Article intéressant, explications claires… Bravo ! espérons qu’il pourra être utile à un maximum de gens…

  4. Corinne

    Coucou Maude et merci pour toutes ces explications. J’espère que Gigi aura la chance de vivre libre. Quant à l’histoire de Marti Mac Fly, il m’a semblé voir les yeux de Fabrice briller !! Le soleil sans doute
    Bizzzz à vous deux.
    Corinne de Thaïlande

    • Maude

      Lol oui c’était très très ensoleillé ce jour là… Et puis la poussière oulala ! :p
      Merci de nous suivre Corinne ! Bisou !!!

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016