Lors de la rédaction de notre périple au Kinabatangan, nous devions être fatigués ! Nous avons omis quelques petites histoires que nous avons cru bon de relater malgré tout !

Anecdote au Kinabatangan :

– En étant conduits vers notre lodge, nous avons reconnu un couple. Nous l’avions déjà vu lors de notre première visite à Semenggoh, le jour oú aucun Orang-Outan n’avait daigné sortir de la jungle. Heureux hasard ! A Kinabatangan, nous avons discuté, en chemin sous la pluie battante, et sommes convenus qu’apparemment, quand on est ensemble, on a pas de chance ! (Pas d’Orang-Outan, pluie torrentielle sur nos sacs de voyage…)

– Maude a eu quelques (més)aventures avec les sangsues, lors de la randonnée du second jour pour aller à un lac. Grâce à ses bottes, ses chaussettes anti-sangsues et sa chemise, elle ne s’est pas fait ventouser. Mais, rentrée à la chambre, après avoir vérifié ne rien avoir sur ses vêtements en les enlevant, elle s’est retrouvée avec une sangsue qui se promenait sur son doigt ! Elle avait dû se cacher dans les plis de sa chemise.

En fait, c’est assez compliqué de s’en dépatouiller, puisque quand on décolle un bout, l’autre s’accroche… Bref, Maude, en sous-vêtements, a jonglé un moment avec la petite bête en s’exclamant pendant que sa voisine de chambre, une jeune Japonaise, empêchait les hommes du dortoir d’entrer afin de préserver sa pudeur ! Grand moment de rigolade !

Quelques minutes plus tard, on a également trouvé une sangsue dans la botte de Maude, elle n’a pas été simple à déloger !

Anecdotes faunistiques au Kinabatangan :

– Au Lodge, nous avons profité d’un de nos rares moments de temps libre pour aller faire un peu d’observation. C’est sur la jetée de l’hôtel que nous avons fait le plus de découvertes : un serpent mangeant un gecko sur la rambarde, des calaos sur la rive d’en face, un varan se promenant dans les hautes herbes sous le ponton… Nous n’avons donc pas eu à nous éloigner beaucoup pour étancher notre soif de rencontres avec la faune !

– le lodge est entouré de clôtures électriques pour éviter que les gros animaux, cochons sauvages ou éléphants, n’entrent. Cela dit, ça n’arrête pas les singes qui passent parfois dans les frondaisons au-dessus des bâtiments !

– Autour du camp, nous avons vu beaucoup de bouses d’éléphants. Les pachydermes sont bel et bien là mais savent rester très discrets, puisque nous n’avons pas vu l’ombre d’une queue !

– Juste sur le bâtiment des dortoirs nous avons vu la mante, les grands geckos et le soir des chauves-souris faisaient le tour du couloir extérieur pour chasser. Ces passages identiques, à répétition, nous permettaient de nous faire frôler un maximum par les petites bêtes, plutôt amusant !

– C’est Fabrice qui a trouvé le hibou évoqué plus haut juste avant de quitter l’hôtel. C’était en plein jour. Il est resté quelques secondes sur une branche bien visible, puis s’est envolé silencieusement.

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest