banniere-sepilok

Sepilok

21 septembre 2014 :

A peine le petit déjeuner fini, en compagnie d’Otto, nous partons en direction de Sepilok. C’est l’endroit le plus connu de Bornéo pour voir des Orangs-Outans. Mais on y trouve également un centre de réhabilitation des Ours malais.

Afin d’arriver plutôt, nous prenons un taxi, avec notre jeune compagnon pour partager les frais. Une fois sur place, notre première action est de prendre un hôtel et déposer nos affaires, puisque ce soir nous souhaitons faire un trail de nuit dans la jungle (guidés cette fois-ci).

Aujourd’hui, c’est dimanche. Pour éviter la foule, nous allons faire un petit tour au Rainforest Discovery Centre (RDC) à deux pas de notre hôtel. Nous sommes agréablement surpris de la diversité des espèces observées ainsi que de la qualité de ce parc, pour ce qui paraissait être, à l’entrée, un étang aménagé (petit pont, pédalos…). Au cours de notre balade, que ce soit au sol ou dans l’une des huit tourelles surplombant la canopée nous pouvons observer une multitude d’animaux. Écureuil volant géant (giant flying squirrel), écureuil noir, un couple d’Aigles de Wallace (?) avec un petit au nid , Rolle oriental, Martin chasseur gurial, Bulbul oeil de feu, Souimangas à joues rubis et siparaja, Gobemouche à queue blanche,…

Aigle de Wallace et son petit au nid

Aigle de Wallace (et son petit au nid) – Wallace’s hawk-eagle – Nisaetus nanus

Colybride Sepilok (3)

Rolle oriental

Rolle oriental – Dollarbird – Eurystomus orientalis

Ruche

Ruche

Ecureuil noir

Ecureuil noir

Colybride Sepilok (6)

Gobemouche à queue blanche – White-tailed flycatcher – Cyornis concretus

Colybride Sepilok (7) Colybride Sepilok (8)

C’est avec regret que nous quittons cet endroit, après déjeuner, pour aller réserver notre balade de nuit et visiter le centre de réhabilitation des ours.

Au centre, malgré quelques panneaux explicatifs plutôt bien faits, nous sommes déçus par le rapport qualité/prix. Seule une plateforme permet de voir les ours. Heureusement, ils sont facilement observables et des guides sont présents pour répondre aux questions des visiteurs.
Comme d’habitude, voilà un petit topo de ce que l’on apprend :
– il y a ici 35 ours, répartis dans 6 enclos, en fonction de leur âge, de leur sexe et de leur tempérament.
– ils ont tous été recueillis : certains étaient promis à être mangés, d’autres à être vendus au marché noir, d’autres encore à servir d’animaux de compagnie. L’un a même été saisi à KK, il était attaché dans un parking.
– dans ces grands enclos ils réapprennent à vivre comme des ours, grimper, construire des nids (dans les arbres comme les Orangs-Outans !), décortiquer les fruits (même les noix de coco), trouver de la nourriture comme des termites, …
– le centre n’a ouvert qu’en 2008, et pour l’instant seulement 2 tentatives de réintroduction ont été faites, sans succès. Les animaux ont du être de nouveau recueilli. Cela dit cette association ne perd pas espoir et essaie toujours d’apprendre à ses ours à se débrouiller seuls.
– ils arrivent à identifier chaque individu grâce à son collier blanc toujours différent d’un ours à un autre.
– Ces animaux peuvent se nourrir de miel en creusant des trous dans les arbres à la recherche des ruches. Cela profite à d’autres espèces, comme les calaos ou les écureuils qui pourront faire leur nid dans les cavités laissées par les plantigrades. Ils sont aussi utiles pour la forêt, ils disséminent les graines, remuent la terre, la rendant ainsi plus fertile. Et ils régulent les populations de termites.
– il existe 2 espèces de « sunbears », le plus petit étant celui de Bornéo, et le second, le sunbear de Malaisie.

Colybride Sepilok (9)

Aire de répartition des Sunbears. Le rouge sur la carte indique où ils ont disparus!!!!

Aire de répartition des Sunbears. Le rouge sur la carte indique où ils ont disparus !!!

Colybride Sepilok (11)

L’ours du parking de KK

Colybride Sepilok (12) Colybride Sepilok (13)

Avant la visite de nuit, il nous reste un peu de temps pour retourner au RDC. Nous choisissons d’installer notre poste d’observation à la seconde tourelle, c’est là que nous voyons le plus de choses la première fois.
Cette fois, nous observons un Milan sacré et entendu des calaos. Mais la plus belle des surprises est de trouver et observer pendant de longues minutes une femelle Ourang-Outan sauvage et son petit en totale liberté ! Nous apprendrons lors de notre balade nocturne qu’il s’agit de Clenon et sa fille Tara, qui sont issues du centre mais qui n’y retournent quasiment plus. Nous avions déjà vu ces grands singes, et même de bien plus près, mais le fait de les voir de cette manière, de façon fortuite, est pour nous un grand moment d’émotion, que nous ne sommes pas prêt d’oublier !

Clenon

Clenon

La mère et la fille, Tara

La mère et la fille, Tara

Colybride Sepilok (16)

Nid d’Orang-Outan

A peine remis de cet instant magique, nous nous rendons à la rencontre de notre guide pour la visite de nuit dans le parc du centre Orang-Outans. Lors de la balade il nous fait découvrir les zones d’entraînement des jeunes Orangs-Outans. Notamment un système de poulie reliée à une cage qui permet de placer des bananes en haut de la canopée afin d’inciter les animaux à grimper. Nous manquons de marcher sur du vomi d’Orang-Outan, la classe !!! Grâce au guide et à son expérience (20 ans à travailler à Sepilok), nous avons vu :
– des écureuils volants géants « roux » en train de planer d’arbre en arbre dans les dernières lueurs du jour (pas de photo c’est trop rapide !) pour chasser des sikadas (famille des criquets)
– des Vipères de mine
– des centipèdes
– une énorme chenille poilue urtiquante (sur la rambarde, mmmmmh)
– un petit « mangrove snake » (sur la rambarde aussi…)
– des scorpions (notamment des tous petits dans les fentes de la rambarde et un gros bleu-vert dans le trou d’un tronc)
– des « jungle crabs » (dans les arbres, oui oui !)
– un gecko à tâches bleues
– des œufs de geckos (qui s’attachent aussi bien au plafond que leurs parents)
– et des grenouilles, surtout quand il a plu à torrent !!!

Jungle crab

Jungle crab

Vipère de mine

Pit viper

Scorpion bleu/vert

Scorpion bleu/vert (la queue à droite, les pinces à gauche…)

Mangrove snake

Half-banded bridled snake – Dryocalamus subannulatus

Et c’est trempés, mais heureux, que nous sommes rentrés à l’hôtel !

22 septembre 2014 :

Ce matin, nous décidons à l’unanimité (2 votes contre 0), de ne pas aller au centre des Orangs-Outans mais de retourner au RDC. Si vous connaissez les lieux touristiques de Bornéo, cette décision peu paraître totalement folle. Mais au regard des observations faites hier, l’Orang-Outan sauvage notamment, nous n’avons pas envie de gâcher ce souvenir en allant voir des grands singes exhibés au public. Nous sommes là pour découvrir les animaux le plus naturellement possible et sur ce point, niveau Orangs-Outans nous avons été gâtés. De plus, nous avons constaté plusieurs fois que les prix étaient excessifs dans les centres de réhabilitation de Sepilok (billet d’entrée, droits à payer pour chaque appareil photo, prix des souvenirs, de la nourriture et des boissons,…)

C’est donc au RDC que nous passons toute notre journée. Nous retournons en premier à la Bristlehead Tour, et de nouveau nous faisons de belles observations : Verdin barbe bleue (un petit oiseau d’un vert flamboyant), Barbu fuligineux,…

Barbu fuligineux

Barbu fuligineux – Brown barbet – Calorhamphus fuliginosus

Puis nous partons en faction à la tour des Calaos, qui, comme son nom l’indique est le meilleur endroit pour voir des calaos. Mais en plus d’une heure d’attente, nous n’en voyons pas un. Seul un Serpentaire bacha pointe le bout de son bec (ce qui n’en demeure pas moins une très belle observation!).

Hornbill tower

Hornbill tower

Serpentaire bacha

Serpentaire bacha – Crested-serpent eagle – Spilornis cheela

Puis nous faisonsplusieurs trails avant et après manger. On y a vu : Akalat à calotte noire, Shama de Strickland (endémique de Bornéo !), Geai à ailes blanches…

Colybride Sepilok (25)

sunbird

Colybride Sepilok (26)

Champignons

Champignons

Colybride Sepilok (28)

« graine hélicoptère » (symbole du parc)

Pas de cercles pour déterminer l'âge des arbres car pas de saisons

Pas de cercles pour déterminer l’âge des arbres car il n’y a pas de saisons ici !

Nous avons aussi eu une petite mésaventure. Fabrice se retrouve avec un passager clandestin sur son dos. Une sangsue !!! Depuis le temps que l’on marche dans la jungle, nous étions passés à travers. C’est un Français qui passe par là, qui nous aide à l’enlever.

Avant de prendre le bus, il nous reste encore 30 min. Nous utilisons ce temps pour retourner encore une fois à notre bonne vieille tour d’obs. Et encore une fois, c’est le jackpot. Nous voyons et entendons un écureuil volant géant pousser ses puissantes vocalises. Et juste avant de partir un calao fait son apparition ! C’est un Calao charbonnier mâle et nous n’en avons jamais vu d’aussi près dans la nature. Encore une fois l’émotion nous submerge !

Ecureuil géant

Ecureuil géant (Ratufa affinis)

Calao charbonnier (mâle)

Calao charbonnier (mâle) – Black hornbill – Anthracoceros malayanus

Ce soir nous quittons la nature avec regret pour retourner dans l’étuve bruyante qu’est la ville de Sandakan.

Info pratiques :

-Taxi Sandakan- Sepilok : 35min, 50RM la course.
Le premier bus ne permet pas d’arriver au nourrissage du matin des Orangs-Outans.
– Sepilok : tout est relativement cher ici, si vous souhaitez faire des économies amenez votre eau ! A priori il n’y a pas de restaurant d’ouvert pour dîner, si votre hôtel ne propose pas de repas ou qu’il en propose des chers, préférez amener votre pique-nique.
-hôtel : Sepilok B&B : 34RM/nuit/pers, chambre la moins chère. A 400m du RDC et 1.6km des centres de réhabilitation. Free wifi et petit déjeuner inclus. Si vous avez de la chance, un employé pourra vous emmener jusqu’aux centres de réhabilitation. Le restaurant de l’hôtel assez cher : 15RM le plat. Petit déjeuner très copieux. Ils peuvent appeler le bus pour qu’il vienne vous chercher directement à l’hôtel pour retourner à Sandakan
– RDC : 15RM/pers. Valable toute la journée. Observation facile de la faune grâce à une balade dans la canopée. Surtout surtout prendre votre longue vue si vous en avez une ! Avis aux birdwatchers, il existe un festival sur les oiseaux le dernier week-end de septembre.
Il y a un petit restaurant pour le déjeuner avec des plats à 9RM en moyenne, assez peu généreux sur la viande.
– Visite de nuit: les parcs alternent (RDC ou Sepilok). Au centre de réhabilitation le prix est de 25RM/heure/pers (c’est plus que le tarif annoncé dans les centre d’information, peut-être les guides s’en mettent-ils un peu dans la poche ?). 2heures maximum (si vous choisissez 2h vous marcherez à même la jungle, si vous prenez 1h vous resterez sur les passerelles). Il faut réserver dans la journée par téléphone ou directement. Se fier aux horaires d’ouverture des guichets.
Le RDC propose des visites de nuit uniquement les lundis, mercredis et vendredis. Le prix annoncé est de 30RM/personne.

Colybride Sepilok (32) Colybride Sepilok (33)
– Centre de réhabilitation des ours : 30RM/pers. Une seule plateforme d’observation, très bien pour les ours, mais cher payé. Aucun trail à faire. N’hésitez pas à discuter avec les employés présents sur la plate-forme, ils sont là pour vous informer. Billet valable toute la journée.
– centre Orang-Outan : nous n’avons pas beaucoup de renseignement puisque nous avons fait le choix de ne pas y aller. Mais on sait que d’ici octobre 2014, une nouvelle attraction va être proposée : observer les jeunes jouer à la nurserie entre 9h et 10h. Les visiteurs seront dans un bâtiment vitré et les petits dehors.
– bus Sepilok-Sandakan : 6RM par personne, le bus passe prendre les voyageur aux centres de réhabilitation puis à RDC. Et dépose à la gare routière des mini bus en cette ville. Presque 1h de trajet.Colybride Sepilok (34)

Retrouvez les autres articles concernant les Ours malais et les Orangs-Outans en cliquant ici, et .

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Parc de Santubong et voyage vers Sandakan

Suivant

Séjour sur la rivière Kinabatangan

  1. Lyliane cochard

    Enfin vous avez pu voir un calaos!!!! cela aurait été dommage de repartir de Bornéo sans en avoir vu !!!!! Encore de belles découvertes pleines de belles surprises. Profitez bien de ces visites. Gros, gros bisous.

  2. En fait on en a déjà vu un (article kuching wetlands). C’était un Calao rhinocéros. Aujourd’hui on a vu un Calao charbonnier!

    • Lyliane cochard

      Exact je suis retournée voir l’article.
      Merci de nous faire partager toutes vos aventures et de nous faire découvrir ce pays( où je sais que je n’irai jamais), grâce à vous je découvre plein de belles choses. A bientôt. Gros bisous à tous les 2.

  3. MartineH

    Sachez que je ne m’exprime pas beaucoup sur votre blog, mais je n’en loupe pas une miette! Ainsi que tous les membres de la famille, grand-mères comprises… !
    Mais en tout cas, j’espère que vous ne faites pas de ce blog une corvée juste pour satisfaire vos fans assoiffés de rêve de nature et d’aventure !
    Bisous à tous les deux

    • C’est gentil !

      Oui en effet, ce blog nous prend du temps. Mais on ne le fait pas seulement pour donner des nouvelles, c’est en fait aussi notre journal de bord, on vie tellement de choses que l’on risque d’en oublier et de perdre la saveur qu’elles avaient. De plus, le fait de savoir qu’il est édité en ligne nous motive à le faire régulièrement et correctement. Il témoigne également de notre voyage et de l’optique que l’on lui a donné. Cela peut-être profitable pour nos vies professionnelles…
      Cela dit, maintenant on a pris le rythme et on sait profiter de nos soirées en parallèle de ce travail !

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016