Étiquette : vie

banniere-article-enfant-vie-comores

La vie aux Comores

Je suis allé aux Comores, dans l’océan Indien, au Nord de Madagascar, avec Maude et Fabrice pour étudier les tortues.

Mais j’ai aussi rencontré beaucoup de gens et j’ai pu voir un peu comment ils vivaient.

Les maisons

Aux Comores, il y a bien sur des bâtiments construits en pierre, en béton… Mais dans certains petits villages, les gens gardent un côté traditionnel et font les maisons comme autrefois.

Les habitations sont faites de bois et d’un mélange de boue séchée, de paille et de chaux. Le toit est fait de feuilles de cocotier tressées.

Il n’y a souvent que 2 pièces dans ces maisons. La chambre des parents et la chambre des enfants. Mais elles servent aussi à stocker de la nourriture, de salle à manger, de cuisine quand il pleut,…

ecolybride-article-enfant-vie-comores-tressage-feuille-cocotier-said

Tressage de feuille de cocotier

ecolybride-article-enfant-vie-comores-tressage-feuille-cocotier-maude

Maude s’est essayée au tressage

ecolybride-article-enfant-vie-comores-feuille-cocotier-tresse

Résultat après le tressage

ecolybride-article-enfant-vie-comores-toit

Après quelques jours de séchage, le toit est terminé

Il y a bien sûr l’électricité dans ces maisons. Pour cela, on utilise parfois des installations comme en France. Mais j’ai aussi vu des gens utiliser une batterie de voiture ou un générateur fonctionnant à l’essence. Et beaucoup utilisent des petits panneaux solaires. C’est moins cher pour les gens et c’est mieux pour la Nature !

ecolybride-article-enfant-vie-comores-fenetre

fenêtre d’une maison (le mur est blanc à cause de la chaux)

ecolybride-article-enfant-vie-comores-t-feuille-cocotier-resultat-maude

Maude avec son professeur (vous en pensez quoi de son tressage ?)

La cuisine

Ici les gens font la cuisine par terre et non sur une table. Pour faire cuire, ils utilisent un petit réchaud, des grilles au-dessus d’un feu de bois, et certains aliments sont directement cuits dans les braises.

ecolybride-article-enfant-vie-comores-preparation-poisson

Préparation du poisson dans la cour

ecolybride-article-enfant-vie-comores-preparation-repas

Préparation du déjeuner

ecolybride-article-enfant-vie-comores-preparation-banane

Bananes en train de frire

Pour écraser certains aliments, comme le piment, ils vont récupérer une grosse pierre et un galet, cela sert de mortier et pilon. Ils broient la nourriture en l’écrasant entre les deux.

ecolybride-article-enfant-vie-comores-moriter-pilon-preparation-piment

Pierre et galet comme mortier et pilon

Les gens n’utilisent pas non plus de table. Au moment de manger, toute la nourriture est placée au sol et tout le monde se sert avec les mains dans des plats communs. C’est très convivial et plus simple pour la vaisselle !

La nourriture

Ici on mange beaucoup de poissons, car on est à côté de la mer. Il suffit juste d’attendre le retour des pêcheurs et d’acheter directement le poisson alors qu’il est encore dans le bateau. Il n’y a pas plus frais.

Pour les fruits, les légumes, les racines (comme le manioc), la plupart des gens possèdent des champs, il leur suffit d’aller récolter ce dont ils ont besoin.

Bien sûr ils ont besoin d’acheter certains produits de base comme le riz, l’huile, la farine… Pour cela ils vont dans des petites boutiques qui sont faites en tôle. Elles se trouvent généralement derrière la maison du vendeur. Parfois la boutique se trouve directement dans la maison. Les produits à vendre sont à côté du lit du vendeur. Dans les villages des Comores, il n’y a pas de supermarché !

Une fête traditionnelle

J’ai également pu assister à une fête traditionnelle de l’île de Mohéli. C’est le tamtam du bœuf.

Alors non, on ne danse pas sur une peau de bœuf ou quelque chose dans le genre. On danse autour d’un vrai bœuf ! C’est une fête traditionnelle avant un mariage. Il y a des musiciens et à côté tous les invités et même tous les villageois qui veulent viennent danser autour du bœuf.

À un moment, je n’ai pas compris quand, le bœuf est lâché au milieu des gens. Il a couru très vite pour fuir et se cacher.

Moi j’ai plutôt regardé pendant que Fabrice y participait et dansait. C’était très marrant de le voir surtout quand le bœuf a été lâché et que Fabrice n’a rien compris à ce qu’il se passait.

ecolybride-article-enfant-vie-comores-fete-traditionnel-tamtam-boeuf

Fabrice en train de danser au tamtam du bœuf

La langue

J’ai aussi pu apprendre quelques mots de Comoriens :

Edjé ou Djédjé = Bonjour

Edjéma = Ça va ?

Karibu = Bienvenue

Ewa = oui

Niamba = tortue

Mana = bébé

Mtsanga = plage

Kwahéri = au revoir

Oukoumwémwa = bonne nuit

Marahaba = merci

Mengi = beaucoup

Poutou = piment

En résumé, l’Union des Comores est un pays très très différent de la France. Dans les campagnes, les gens ont une façon de vivre beaucoup plus simple que la nôtre. Ils ont un mode de vie très convivial et ils sont heureux de vivre de leur champ et de leur pêche ! Après avoir vécu comme eux pendant un mois, je me suis rendu compte que cela fait du bien parfois d’être loin du confort moderne !

 

 

 

banniere-article-tortue

La vie des tortues

La vie des tortues est très complexe et intéressante, voici les dernières données que nous avons sur cet animal !

Dans l’archipel des Comores, il est possible de voir deux espèces de tortues, la Tortue verte et la tortue imbriquée.

Lire la suite

banniere-bienvenue-dans-la-jungle

Bienvenue dans la jungle bolivienne

On voit souvent la jungle comme un paradis avec une végétation luxuriante et des superbes animaux partout. Ce point est vrai. Ici par exemple, nous pouvoir voir des traces de pumas, jaguar, des perroquets, nous nous réveillons au chant des singes hurleurs. C’est magnifique et magique. Cependant, il y a aussi les serpents (bon ok ça j’aime bien) mais également des araignées, des tiques (ça je déteste). Mais le pire reste encore à venir !

Lire la suite

ecolybride_thailande_vie_quotidienne_banniere

Notre vie quotidienne au centre WFFT

Au centre WFFT, il y a deux écoles: ceux qui pensent que nous sommes vraiment mal logés, et ceux qui trouvent que pour un centre de faune sauvage au milieu de nulle part, nous ne nous en sortons pas trop mal au niveau des commodités… Nous, nous nous plaçons plutôt dans la seconde catégorie…

Découvrez où nous avons vécu pendant un mois en Thaïlande, vous pourrez juger par vous-même !

Lire la suite

Copyrights ©Ecolybride 2016