banniere_thailande_benevole_wfft

Le travail d’écovolontaire au WFFT

ecolybride_benevole_wfft_plan

Voici un rapide plan du WFFT

Le centre de faune sauvage du WFFT est très grand et accueille de nombreux animaux. Les quelques 70 employés Thaïlandais ne suffisent pas pour entretenir les lieux et les animaux.

Des écovolontaires sont accueillis toute l’année pour aider à s’occuper des animaux. Et le travail ne manque pas.

Tandis que les quelques Thaïlandais employés comme « soigneurs animaliers » s’occupent de la création et la réparation des enclos ainsi que d’une partie de la nourriture, les bénévoles s’occupent de l’entretien, de la préparation de la nourriture, et d’une partie des nourrissages.

Division des services :

Il y a trois services bien distincts pour les volontaires d’ici :

  • L’hôpital qui n’accueille que des bénévoles aide-vétérinaires ou vétérinaires (en formation ou déjà professionnels), un service avec une équipe très réduite qui se trouve dans le centre.
  • Le service des éléphants
  • Le service de la faune sauvage

Quand ils s’inscrivent au WFFT, les bénévoles ont le choix entre l’un des deux secteurs. Certains choisissent même de passer la moitié de leur séjour aux éléphants et l’autre en faune sauvage. Nous, nous avons choisi de passer notre mois au service faune sauvage car c’est dans celui-là que l’on travaille pour les gibbons.

Division des équipes :

Au sein des deux services, les bénévoles travaillent en équipe. En Wildlife, il y a 6 équipes :

  • L’équipe des « Primates 1 » qui s’occupe des macaques et des gibbons présents dans la partie « centre ».
  • L’équipe des « Primates 2 » qui s’occupe des gibbons placés dans des enclos en forêt, il s’agit souvent d’individus qui n’apprécient pas la présence humaine ou qui sont amenés à être relâchés dans la Nature.

Les 2 équipes de primates sont souvent amenées à s’entraider. Notamment pour préparer la centaine de gamelles destinées aux singes.

  • L’équipe des « Bears 1 » qui s’occupe de la moitié des ours du centre, des ours de « Newland » (un nouveau parc avec des enclos plus spacieux à quelques minutes du centre lui-même), et des animaux nocturnes du centre et de la forêt (civettes, binturongs et slow loris)
  • L’équipe des « Bears 2 » chargée de l’autre moitié des ours du centre et des nocturnes de « Newland ».
  • L’équipe des « Other wildlife » qui s’occupe de tous les autres animaux (cerfs, cochons sauvages et domestiques, oiseaux (casoar, perroquets, paons, rapaces), petits félins, loutres, reptiles (iguanes, tortues), vache, …
  • La quarantaine qui travaille dans une zone spéciale accueillant les animaux récemment recueillis.
ecolybride_benevole_wfft_quaratain_2

La quarantaine, avec un pont pour les jeunes orangs-outans.

ecolybride_benevole_wfft_quaratain_2

La quarantaine, avec un pont pour les jeunes orangs-outans.

ecolybride_benevole_wfft_food_house_1

La food house 1, lieu où sont gérés les stocks de fruits, et où les équipes « Bears 1 et 2 » préparent les repas.

ecolybride_benevole_wfft_food_house_2

La food house 2, à l’intérieur, les « Primates 1 et 2 » préparent les repas. Sur les tables extérieures, ce sont les « others wildlife » qui préparent.

ecolybride_benevole_wfft_cuisine_primate

Intérieur de la cuisine des primates.

Tous les matins au moment de commencer le travail, nous découvrons dans quelle équipe nous sommes placés.

Selon le nombre de bénévoles présents dans la semaine, nous pouvons être 2 à 4 par équipe. Autant dire que quand nous sommes peu, le travail est très intense.

Dans chaque équipe, il y a un « team leader ». Il a fait au moins 2 jours dans ce secteur et le connait mieux que les autres. Heureusement, il peut s’aider du tableau des tâches pour ne pas oublier ce qu’il a à faire.

ecolybride_benevole_wfft_board_equipe

Tableau de la répartition des équipes détaillant les tâches à accomplir dans la journée

Et il y a également le responsable du service qui est toujours là pour conseiller et vérifier que les volontaires ne se trompent pas. Notre responsable en Wildlife, c’est Pin, elle a une capacité phénoménale qui lui permet de gérer toutes les équipes en même temps.

ecolybride_benevole_wfft_pin_coordinatrice_wildlife

Pin, notre responsable

Les soigneurs animaliers :

Il semble que les seuls réels soigneurs animaliers sont les 2 coordinateurs Wildlife et Eléphants. Tous les autres « soigneurs » sont des employés locaux originaires du village le plus proche (exception faite des soigneurs éléphants qui sont en fait des cornacs reconvertis). C’est un bon moyen d’intégrer les populations locales au projet. Cela dit, ça demande beaucoup de travail aux 2 responsables qui doivent créer des plannings précisant la moindre tâche de chacun des employés et des volontaires.

L’essentiel du travail des employés est de distribuer la nourriture, faire passer les gros animaux d’un enclos à un autre (pour que l’enclos vide soit nettoyé) et de réparer ou construire les cages. Pour beaucoup, on sent que leur emploi est un gagne-pain et non un métier de passion. Ce qui est dommage. Ils font ce qu’on leur demande mais pas forcément du mieux qu’ils le peuvent.

Par exemple, il faut essayer de cacher la nourriture des ours dans leur enclos pour qu’ils passent du temps à chercher et ne s’ennuient pas. Les soigneurs ont souvent tendance à placer la nourriture sur un même tas pour aller plus vite. Ils ne font jamais de fautes graves mais cela est dommage. C’est peut-être, pourquoi dans la mesure du possible, ce sont les bénévoles qui donnent à manger.

ecolybride_benevole_wfft_cage_centre_gibbon

Certains enclos passent au-dessus des allées, c’est le cas de certains enclos en gibbon. Il faut toujours faire attention aux déjections et autres attaques venant d’en haut quand on passe ! Hyper sécurisé, bienvenue en Asie !

Les plannings

Comme la plupart des gens ne sont pas des professionnels de la faune sauvage, et qu’il y a énormément d’animaux et de travail, il faut que que les plannings soient extrêmement précis. Chaque tâche à accomplir est écrite sur un tableau avec des horaires.

Les horaires sont parfois difficiles à tenir. Mais ils sont essentiels pour que les équipes ne se marchent pas dessus, pour qu’elles puissent s’entraider au moment où ou elles en ont besoin, pour que les animaux soient placés dans leur loge intérieure juste au moment où les bénévoles vont nettoyer leur enclos extérieur.

Selon le secteur et le nombre de personnes par équipe, il nous arrive que ça soit la course toute la journée et les tâches ne sont pas de tout repos. Surtout avec la chaleur et l’humidité !

Nos horaires de travail sont intenses. Nos journées commencent à 6h30 du matin, nous commençons à travailler avant le petit déjeuner (nettoyer les déjections des cochons avant le petit déj’ est quelque chose de particulièrement dur pour moi !). Le « buffet » du petit déjeuner ouvre à 8h, il ne faut pas être trop en retard car en 20min, il est presque entièrement vidé ! Nous avons donc une pause d’une heure (ou moins si on est en retard) et nous reprenons à 9h jusqu’à midi. A midi, il ne faut pas louper le coup d’envoi au risque de ne plus avoir de dessert ! Puis nous travaillons de 13h à 17h15. Mais il ne faut pas traîner sous la douche car à 18h, le dîner est servi ! En général, nous nous couchons entre 21h et 22h pour être en forme le lendemain… Au final nous travaillons en théorie 8h30 par jour. Mais dans la réalité, nous sommes toujours en retard et travaillons plus de 9h par jour, avec seulement un jour de repos par semaine

ecolybride_benevole_wfft_board_day_off

Nous avons droit à un jour de repos par semaine, il ne faut pas perdre de temps pour le réserver car les places sont limitées !

Les tâches des volontaires :

Les volontaires sont amenés à accomplir de nombreuses tâches. Elles sont complexes ou fatigantes, ou mêmes les deux!

Les tâches complexes :

La préparation des gamelles :

Que ça soit pour les 30 ours, la cinquantaine de gibbons, les dizaines de macaques, les trente nocturnes, ou les dizaines d’individus qui sont les seuls de leur espèce au centre, la tâche n’est pas facile. Chaque espèce à un dosage particulier, un régime particulier. Chaque individu à ses traumatismes (les aveugles, les estropiés, les traumatisés qui ne savent pas manger les aliments,..).

Exemples : la loutre qui a été nourrie toute sa vie avec des gâteaux doit apprendre progressivement à se nourrir de poisson. Le casoar qui a eu le crâne cassé ne sait plus manger sa nourriture si elle n’est pas en petit bouts

ecolybride_benevole_wfft_coupage_fruit

Découpage de bananes pour les bébés gibbons

ecolybride_benevole_wfft_lavae_potassium

Avant de préparer les fruits, il faut les laver en les laissant tremper 10 minutes dans du potassium.

ecolybride_benevole_wfft_-regime_alimentaire_animaux_fruit

Tableau rappelant ce que les espèces peuvent manger ou pas. Il n’y a aucun écrit sur les régimes spécifiques de chaque individu…

ecolybride_benevole_wfft_regime_alimentaire_animaux_legume

Tableau rappelant ce que les espèces peuvent manger ou pas. Il n’y a aucun écrit sur les régimes spécifiques de chaque individu…

ecolybride_benevole_wfft_repas_nocturne

Tableau aidant à se souvenir des repas des nocturnes (civettes, binturongs, slow-loris, chats-léopards)

Le parcours pour nourrir :

Selon leurs besoins, et leur capacité à réintégrer le milieu sauvage, les animaux peuvent être dans des enclos plus ou moins loin. Cela veut dire que tous les gibbons, par exemple, ne sont pas dans le même secteur. Il faut donc mettre certaines gamelles de côté pour que d’autre équipes passent les chercher et nourrissent en passant.

Ensuite pour nourrir, il ne faut oublier personne car tout oubli est un temps perdu précieux. Il ne faut pas oublier quel individu prend des gamelles spéciales. Et il ne faut pas se perdre ! Certains gibbons par exemple sont placés à l’écart dans des enclos en forêt, loin des hommes. Il ne faut ni se perdre ni oublier un enclos !

Heureusement pour éviter que l’on se perde trop, nous avons un petit plan. Mais difficile de faire un plan d’une forêt !

ecolybride_benevole_wfft_-plan_primate_1

Plan de la distribution de la nourriture des primates du centre

ecolybride_benevole_wfft_-plan_primate_2

Plan de la distribution de la nourriture des gibbons de la forêt

Les changements :

Dans un centre de faune sauvage, les animaux changent souvent, certains sont placés en enclos d’acclimatation pour être relâchés plus tard, d’autres sont recueillis, d’autres sont mis en couple ou en groupe,… Il faut donc être très vigilant sur les changements, tant pour la préparation des repas que pour leur distribution !

ecolybride_benevole_wfft_ile_gibbon

L’une des 8 îles pour gibbons.

Les tâches physiques :

Les hautes températures et l’humidité rendent tous les travaux très physiques. Tous les bénévoles sont souvent trempés de sueur. Mais certaines tâches sont plus difficiles que d’autres :

Le transport de nourriture ou de déchets :

Les allées sont rarement carrossables. Même dans le parc, les racines des arbres, les flaques d’eau et de boue empêchent de transporter les choses à l’aide d’engins à roues. Il faut donc quasiment toujours transporter les choses à la force des bras.

ecolybride_benevole_wfft_transport_fruit

Un de nos amis, qui transporte un panier de nourriture en cuisine pour le distribuer.

Pour nourrir les singes et les ours, il faut transporter des bassines remplies par des kilos de gamelles. Quand nous nettoyons les enclos, il faut transporter les « paniers composts » remplis de crottes et de restes de repas.

Le nettoyage :

Balayer les enclos, astiquer les bols, racler la cuisine, tout est difficile par cette chaleur. Mais le plus dur, reste le nettoyage des bassins dans les enclos. Chaque équipe a un bassin à nettoyer par jour.

Quand l’équipe a de la chance :

-l’animal n’a pas déféqué dans son bassin

-il n’y a pas de sangsue dedans

-le bassin est à l’ombre

-et il a un système d’évacuation d’eau.

Mais les conditions favorables ne sont pas souvent toutes réunies ! Il faut parfois vider le bassin au seau ! Et gratter pendant des heures au soleil pour décoller la crasse ! Le tout avec des outils très moyennement pratiques…

ecolybride_travail_benevole_wfft_transport_fruit

Récurage de piscine !

ecolybride_benevole_wfft_nettoyage_piscine_1

Oui oui je balaye l’eau !

La marche :

Nous marchons et piétinons énormément dans la journée, car le parc est immense et il y a des animaux à nourrir de tous les côtés. Et nous n’avons aucun véhicule motorisé. Moi je change de chaussures 3 fois par jour pour soulager mes pieds et éviter les ampoules, qui apparaissent très vite avec la chaleur…

Le travail en résumé :

Tandis qu’il y a toujours beaucoup de bénévoles au secteur éléphants, le secteur wildlife manque souvent de main d’œuvre. Le travail d’écovolontaires dans ce secteur est très dur mais également extrêmement gratifiant car nous agissons réellement pour le bien-être des animaux. Parmi la centaine de choses que nous avons à faire et à penser dans la journée, il y a des moments précis ou les équipes doivent créer des enrichissements pour stimuler les animaux et éviter qu’ils ne s’ennuient. Nous finissons toujours nos journées sur les rotules mais toujours satisfaits d’avoir été utiles !

 

Si vous voulez connaître notre vie quotidienne au centre WFFT en tant que bénévole, rendez-vous ici !

 

 

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

Précédent

Présentation de la WFFT

Suivant

A quoi sert un centre de faune sauvage ?

  1. Lionel

    Ça sens le CDI, mais ça sent aussi la moiteur. (Lettre de motivation « incontournable »)

  2. Lyliane

    Journée intense !!!! Je comprends qu’en fin de journée vous devez être contents de souffler un peu.
    Bravo pour votre dévouement et votre courage….
    Bisous

  3. Nadine

    Merci de toutes ces choses à faire. Oui bravo pour votre volonté de bien BN faire et votre dévouement
    Bon courage les loulous et gros bisous

  4. Lionel

    PS: Fab arrête de mater PIN ; je m’en occupe…

  5. Guillaume

    Après ce petit échauffement, vous pouvez entamer une carrière de soigneur sans problème.

Laisser un commentaire

Copyrights ©Ecolybride 2016