Ce matin nous sommes réveillés par le chant des oiseaux. Les « cabanes » sur pilotis construites sur le flanc de la montagne ne nous isolent pas du tout des bruits de la jungle (à notre grande joie!). Fabrice, à peine sorti du lit, est déjà sur le balcon à scruter les branches…

Mais avant de vous raconter la suite, laissez-moi vous décrire un peu « l’hôtel » dans lequel nous logeons. Il se répartit en différentes constructions. La cuisine, le bâtiment principal (comprenant le logement de la propriétaire, quelques chambres et la salle commune qui sert aussi de salle de restauration même si elle n’est équipée que de 2 canapés, 2 petites tables et un bureau) et deux autres bâtiments, plus haut sur la falaise, équipés de balcons-couloirs avec des chambres et des dortoirs. Tout ça est principalement en tôle pour les toits et en planches de bois aux coupes approximatives (il y a des jours partout!) mais abondamment vernis pour les murs et le sol. Quand aux salles d’hygiène elles sont plutôt en béton et carrelage avec toit en tôle. Tout le sol à une pente à 10 % pour être bien sur que l’eau évacue bien. On a l’impression d’être bourré là-dedans ! Ça en fait aussi une grande patinoire ! La douche se trouve dans les toilettes et sert autant à se doucher qu’a faire office de papier toilette. Pour tirer la chasse d’eau, c’est à la bonne vieille méthode : à la casserole. Il est interdit d’être en chaussure dans l’établissement. Tout se parcours donc pied nu (d’où le vernis). Pour passer d’un bâtiment à l »autre, des petits passages couverts de bric et de broc sont mis en place pour abriter (à peu près de la pluie diluvienne). Le moindre espace sans aménagement est couvert de végétations et des poules se baladent un peu partout (même sous les maisons) pour picorer (je n’ose imaginer le boulot pour récupérer les œufs!). Allez, il nous faut maintenant quitter ce lieu aussi authentique et magique que infernal à vivre. Sans avoir pu faire sécher nos vêtements ni prendre une douche (le risque de se casser une jambe en glissant était trop important) et après avoir confié nos sacs à dos à la maîtresse de maison le temps de notre excursion, nous quittons l’établissement.

Mountain RestHouse

Mountain RestHouse

Projet du jour : aller à Poring, pour nous promener sur les ponts suspendus dans la canopée qui surplombent les sources chaudes.

Première étape, et non des moindres, le trajet ! Nous voila parti en quête d’un taxi pour Poring. Sauf qu’à 8h, il faut croire qu’ils ne travaillent pas encore. Après avoir demandé à plusieurs personnes, nous voyons un minibus arrivé, Fabrice décide d’aller à sa rencontre pour lui demander son itinéraire. Il est prêt à nous emmener à notre destination, mais son prix est trop élévé. Il nous dépose finalement à Ranau pour trouver un autre bus qui nous amènera finalement à Poring. Toute cette petite aventure des transports, nous la menons avec un couple d’Australiens quinquagénaires, ce qui nous vaut des réductions vu notre nombre.

Arrivés à Poring (1h après l’ouverture) c’est un peu comme on le craignait, il y a déjà un peu de monde. Ce lieu sert de sortie familiale pour les gens de la région et nous sommes samedi ! Il est très aménagé et les sources sont loin d’être des rivières sauvages. En fait si ! Ce sont des rivière sauvages au sens Center Park du terme ! Finalement les hot springs de Poring, c’est un peu comme un parc aquatique mais avec une serre naturelle. Nous passons au milieu des bassins pour atteindre enfin le parcours au milieu de la canopée.

Poring's hot springs

Poring’s hot springs

colybride 3e jour (1) colybride 3e jour (2)

Comme les livres le disent il est assez court pour le prix, seulement 4 passerelles.

colybride 3e jour (3)

Mais il n’en reste pas moins impressionnant ! Nous sommes à plusieurs mètres de hauteur et même les arbres qui servent d’étape tanguent sous le pas des promeneurs. Nous sommes quand même arrivés avant le gros des touristes et prenons laaaaaargement le temps de profiter de la vue et des oiseaux. Nous apercevons quelques espèces nouvelles :

– Eurylaime à capuchon

Eurylaime à capuchon

Eurylaime à capuchon

– Arachnotère à poitrine grise

– Bulbul écaillé

– Alcippe brun

Alcippe brun

Alcippe brun

Un peu fatigué par la longue marche de la veille nous mangeons au restaurant du parc, nous avons trop la flemme d’en chercher un autre !

Puis il est déjà temps de rentrer, puisque nous voulons dormir à Kota Kinabalu, pour prendre au plus tôt le bateau pour profiter à fond d’une île au large de la capitale.

Mais là, problème, nous ne trouvons aucun bus nous permettant de retourner à Ranau, personne ne sait nous dire s’il va en arriver un un jour. Il faut dire, ils sont rares les visiteurs à vouloir quitter Poring si tôt dans la journée (13h30). Nous finissons par être accosté par un gars qui se propose de nous emmener avec sa voiture mais il nous réclame presque 3 fois le prix pratiqué par les bus ! A force de négociation nous arrivons à descendre à 2 fois le prix. Youhouuuu…

Puis de Ranau, nous prenons le bus nous ramenant à KK après avoir convaincu le chauffeur de s’arrêter à notre hôtel pour récupérer nos bagages. Le début du trajet est ponctué d’arrêts divers pour que chacun puisse faire ses petites courses. Puis, bercés par le doux son des 2 enfants en bas âge embarqués dans le véhicule et du groupe de femmes qui caquettent à tous va, nous filons sur la route. Tous les 500 mètres ils y a des vendeurs de fruits et légumes en bord de voies, mais là stop, c’est fini, on ne s’arrête plus !

Arrivés à KK, nous nous acquittons de nos corvées (presque habituelle maintenant) : trouver un hôtel, changer de la monnaie, acheter de l’eau et de quoi manger, prévoir l’aventure du lendemain. La récompense ultime fut la douche (la vraie hein, pas la pluie torrentielle!). Une vrai douche sans cuvette de toilette à côté ! Nous n’avions pas eu l’occasion de nous laver depuis 2 jours, et vu la chaleur, la moiteur et la marche, on vous laisse imaginer notre état (un indice, vous voyez l’odeur et la texture du papier tue-mouche?).

Bornéo c'est aussi ça...

Bornéo c’est aussi ça…

colybride 3e jour (6)

Côté Pratique :

Bus entrée du kinabalu park – Ranau : 10RM/personne

Bus Ranau – Poring : 7,5MR/personne

Parc de Poring : 15RM/personne l’entrée puis 5RYM/personne pour faire la ballade dans la canopée + 5RM par appareil photo + 30RM par camera (cela dit personne n’a vérifier dans nos sacs ni sur le parcours, donc à vous de voir)

Ballade dans la canopée : pas de limite de temps donc nous vous conseillons de faire un maximum de pauses pour scruter les feuillages et attendre que des animaux pointent le bout de leur nez/bec/trompe (pas d’éléphant hein ! Mais papillons!).

Restaurant du parc : buffet à volonté pour 25RM/personne. Mais il y a d’autres petits restaurants sûrement moins chers sur la route en face du parc.

Chauffeur privée Poring – Ranau : 20RM/personne négocié à 15RM/personne.

Bus Ranau – KK : 25RM/personne (donc 5RM pour un gros sac)

Partager : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest